Interview: tHe pEneLOpe[s]

Interview: tHe pEneLOpe[s]

tHe pEneLOpe[s]

THe pEneLOpe[s], duo franco-finlandais formé au 21e siècle, sont basés à Paris. Autant influencé par le post-punk80’s (Fiction/Factory/Mute/Beggars Banquet/4AD), la disco synthétique 90’s, l’electro-tech 00’s, que par la littérature (Mansfield, DeBeauvoir, Delaume). Ils composent leurs premiers morceaux dans une fascination toujours actuelle pour les snares métronomiques de boites à rythme et surtout pour les mélodies ayant une âme véritable, leur concept étant de jouer sur les dancefloors une musique brutale, existentielle et lumineuse!

TheClubbing.com: A l’écoute de vos différents titres et remixs, on sent de grosses influences indus, EBM et techno, styles que nous chérissons en Belgique.
The pEneLOpe[s]: Nous venons avant tout d’une pop music sensible, élégante, rebelle, « littéraire ». Bizarrement, par exemple, le goût pour les boites a rythmes métronomiques avec le snare en avant nous vient de ces batteurs punks qui jouaient de façon binaire car ils étaient nuls techniquement…!!! Naturellement, ensuite, on a suivi la carrière de ces post-punks et on a dérivé sur la synth ou l’indie pop, le goth, l’indus, l’ebm, la techno de Juan Atkins et Saunderson mais aussi l’electro funk, le breakdance,…

TheClubbing.com: Vous allez apparaître sur la compilation n°7 de Gigolo Records (félicitations!), vous reconnaissez-vous dans l’image décadente et provoc’ de ce label? Comment cela s’est-il passé et avez-vous des projets à long terme avec DJ Hell et sa troupe. Une famille française est-elle en train de se créer avec des artistes comme Miss Kittin, Vitalic, The Hacker, David Carretta?
The pEneLOpe[s]: Non, on ne se reconnaît pas réellement dans cette image provoc’ de Gigolo Records…Ce qui est vraiment bien avec ce label, c’est qu’il a permis le retour d’une musique « incarnée ». En ce qui nous concerne, on se revendique plutôt d’un dandysme androgyne, un peu tristounet a la Cure, Morrissey, Nick Cave. Sinon, par rapport a tous ces artistes français cités qu’on a le plaisir de côtoyer pour certains, notre spécificité est de jouer de longs phrasés mélodiques sur les dancefloors avec de gros sons électroniques. La construction des morceaux allie break dancefloor, structure plus « poppy » et sens du gimmick car les 80-90’s ne doivent plus avoir le monopole des belles mélodies! C’est cette conception que l’on va bosser avec DJ Hell mais aussi beaucoup d’autres labels…

TheClubbing.com: Avant d’être contacté par ce label on vous avait déjà repéré sur le label français A-traction avec votre Purity EP. Quelles relations entretenez-vous avec ce label, mais aussi avec la scène parisienne via des clubs comme le Pulp ou le Rex Club pour lequel vous allez d’ailleurs sortir un remix du track de Chaotik Ramses célébrant la 300ème Automatik?
The pEneLOpe[s]: On a de très bons contacts et échanges avec A-Traction, un label dijonnais appartenant à la nébuleuse de Vitalic, qui a été la première structure à nous soutenir. Concernant Paris, où nous vivons, hormis les soirées Trash Poney d’Eva Peel et le Rex Club, avec toujours l’un des meilleurs son de la capitale et son équipe accueillante. Nous sommes très fiers d’être au coté de Scan X parmi les remixers du projet Automatik! Paris est une scène comme une autre. On ne veut pas y faire de surexposition, négliger la province. D’ailleurs en ce moment, on s’exporte d’avantage à l’étranger.

tHe pEneLOpe[s]TheClubbing.com: Comment expliquez-vous que la France, auparavant jugée comme électroniquement à la traîne soit désormais au premier plan sur la scène internationale via des artistes comme Miss Kittin, Yvan Smagghe, Terrence Fixmer,etc.?
The pEneLOpe[s]: Ce sont des artistes qui ont affiché des concepts des le début, surtout Terrence Fixmer, et qui s’y sont tenus. Tout l’inverse de certains producteurs incultes et paresseux suiveurs de monde, souvent DJ, qui se contentent de copier ou plutôt de caricaturer, il y a en aussi beaucoup en France. On aime bien les gens qui défendent leur concept, au final, ce sont eux qui restent.

TheClubbing.com: Les rencontres semblent être essentielles pour votre groupe comme Marc Ayats, Dierdre Dubois des excellents Ekova ou encore Agnes B, véritable fondue d’art contemporain et défricheuse de talents, comment expliquez-vous que ces derniers ce soit un jour dit que The pEneLOpe[s] était un groupe à soutenir?
The pEneLOpe[s]: Le staff d’Agnes B nous a contacté suite a une date au Pulp où nous avions été invité par l’écrivain Chloe Delaume. On était en costard très classe en train de s’énerver sur nos morceaux. Très modestement, je pense que ce qui attire les gens, c’est le crossover et notre concept de techno-pop… c’est assez éternel et puis on essaie de toujours défendre brutalement nos morceaux en live. En ce qui concerne Dierdre d’Ekova, on l’avait vu et écouté deux fois en première partie de The Cure alors qu’on était lycéen-étudiant, on était tombé amoureux alors, lorsqu’un ami en commun nous a présenté, on lui est tombé dessus! On lui a fait écouter un de nos morceaux les plus mélodiques intitulé Do You Think It’s A Beautiful, Pure And Bright Song? et elle a accepté de chanter dessus pour notre plus grand plaisir!

TheClubbing.com: Vous participez également à de nombreux projets via internet, le théâtre ou le cinéma. The pEneLOpe[s] seraient-ils, en plus d’être des musiciens, des touche à tout dingues d’art et de médias issus de la génération rave?
The pEneLOpe[s]: Non, on n’est pas vraiment issus de la génération rave. Avant tout, il y a la musique et cette pop pour dancefloor que nous essayons de composer. Ce qui est intéressant dans les crossovers que l’on nous propose au théâtre ou au ciné, c’est l’idée d’ « apprendre a désapprendre » comme disait Picasso. Je crois d’ailleurs que si nous sonnons si frais sur les dancefloors techno, c’est que nous ne sommes pas bloqués dans les structures rythmiques, les breaks et montées classiques de la techno et puis nous ne sommes pas des touche à tout… on ne touche ni aux drogues douces, ni au gin!

TheClubbing.com: Vous êtes fans d’instruments vintages et possédez votre propre studio, afin de nous éclairer de quoi se compose-t’il?
The pEneLOpe[s]: D’un frigo rempli de bières! (Pour qui on va passer?) C’est vrai qu’on est plutôt hardware. On a une grosse console analogique mackie, de vieux synthes (Juno 6, Korg 707, Yamaha CS10 et CS 01, etc…), des boites à rythme telles que: Roland TR808 (dédicacée par New Order! ), TR707, Emu Drumulator, etc. Mais aussi des trucs plus récents (Waldorf, expandeur Akai, racks d’effets, etc..), deux guitares, deux-trois basses. De toute façon, on est un peu empoté avec les logiciels mais bon, on fait quand même les mixs sur ordinateur pour les automatisations…

TheClubbing.com: Vous vous produisez uniquement en live, comment abordez vous la scène et les machines? Après vous être produits en France et à l’étranger quelles sont les sensations que vous en gardez?
The pEneLOpe[s]: Nous sommes très sincères en live. Il peut nous arriver d’être presque effondrés, de pleurer sur des morceaux ou au contraire de faire des bonds de dix mètres, de tendre les synthés au public, balancer des fringues. Nous ne sommes pas dans une caricature d’attitude rock ou glamour comme dans ce pseudo courant clash(ouille), nous SOMMES rock’n’roll dans l’âme et puis, pas de laptop!!! (beurk ). On met un point d honneur à ramener le plus d’instruments possible, ce qui peut être compliqué quand on prend l’avion pour l’Italie, l’Amérique du Sud ou ailleurs mais au moins, ainsi, il y a un droit à l’erreur, à l’émotion, à l’improvisation et à l’urgence.

TheClubbing.com: Vous êtes passés par Gand au Culture Club et Bruxelles, je suppose que vous avez de bons souvenirs des clubbers belges et de l’ambiance de folie si particulière à ce pays?
The pEneLOpe[s]: L’accueil par les gens du Culture Club et le public a été vraiment très bon et chaleureux. On est juste arrivé très fatigué car on venait de finaliser pas mal de projets. C’est un des lives où on a eu le plus de bugs (le micro, la guitare synthé). Pour ces différentes raisons, on a été un peu bridé mais il n’empêche que les feedbacks ont été vraiment excellents comme pour les dates à Lille ou Bruxelles. On aime le public du Nord car il est cultivé et il nous le rend bien. On retourne d’ailleurs bientôt en Belgique jouer pour un festival, la Belgique est un pays qui vit des échanges. Il est pour cela fêtard et ouvert et puis le côté ouvrier, sorte de Manchester continental nous tient beaucoup à coeur. C’est triste a dire mais cela rend les gens plus sensibles.

TheClubbing.com: Comment abordez-vous le futur, à la veille de ce que l’on espère être pour vous un succès dans le milieu électronique, avec vos différents remixes comme par exemple celui de LTNO (ex Les Tétines Noires) et bien sûr un futur premier album, dont les démos permettent de placer beaucoup d’espoirs en vous?
The pEneLOpe[s]: On va continuer à explorer notre concept techno pop sensible, sorte de musique pour faire pleurer les dancefloors! Avant de parler album, on a vraiment beaucoup de projets de maxis, des featuring, des covert à produire et cela pour différents labels dans le monde. Il y aura des surprises et même une concernant la nationalité d’un de ces labels! Le mieux, c’est de checker notre tout nouveau site, www.thepenelopes.com. On va également bosser plus étroitement avec Citizen Records qui n’est pour l’instant que notre agence de booking. Plus tard, on rendra probablement aussi notre musique plus « soul », ou on ira peut être vers une sorte de break dance-madchester techno.

TheClubbing.com: Afin de mettre l’eau à la bouche à nos lecteurs donnez-nous une petite playlist de vos favoris du moment mais aussi vos all-time classics?
The pEneLOpe[s]:
David Carretta – Inside Out (Hot Banana)
The Silures – Fishnets (Citizen rec)
tHe pEneLOpe[s] feat. Marc Ayats – Together Songs (Gigolo CD 7)
Slabb – Instead (Lab Insect mix) (Muller)
Gina x – No G.D.M (Psychonauts rmx) (Gigolo rec)
Franz Ferdinand – Take Me Out (Pias)
David Carretta/Millimetric/The Hacker – Moscow Reisen (Goodlife)
LTNo – Teenage Dust (tHe pEneLOpe[s] remix) (M10 Cd single, Cleopatra for USA, A-Traction promo)
Morrissey – Irish Blood English Heart (sanctuary)
DJ Tonio & Al Ferox – Bionik (Uwe)

All time classics:
Joy Division – Disorder
PIL – Acid Drops
Pets Shop Boys – Left To My Own Device
Franckie Knuckles – Your Love
Divine Comedy – When The Lights Go Out All Over Europe
Sisters of Mercy -Alice
Prefab Sprout – Goodbye Lucille #01
Shalamar – A Night To Remember
The Smiths – Some Girls are Bigger than Others
Front 242 -Funk Khadafi
Roger Waters – The Bravery Of Being Out Of Range
Pulp – Feeling Callled Love
Tindersticks – Gf-Gf
Grand Master Flash – The Message
and many more…

TheClubbing.com: Un peu d’auto-promo, vous êtes allés sur notre site, qu’en pensez-vous?
The pEneLOpe[s]: Complet au niveau de l’actu clubbing, clair et détaillé, keep on!

Tags

About author: PussySelektor

PussySelektor

Electronic music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising