Micropoint – Overdose United

Micropoint – Overdose United

Micropoint - Overdose United - Uncivilized World

Si le Hardcore français était un grand prix, on retrouverait bien sûr Manu Le Malin en pôle position, talonné de près par Micropoint… Car dans ce style, rares sont ceux qui tiennent plus de 10 ans; le duo s’est formé en 1992 avec les raves comme dénominateur commun. Denis Cohen-Scali et Daniel Tecoult font péter leur sound system à travers la France, créant en parallèle des labels encore actifs comme Dead End Records ou Psychic Genocide (devenu Audiogenic, aujourd’hui label phare en la matière) et convergeant vers Neurophonie, autrement dit le tout premier album hardcore français, inscrivant par la même occasion le terme frenchcore dans la bouche des fans et des critiques.

En 2001, le duo se splitte mais ils continuent l’aventure chacun de leur côté, sortant quelques albums solos et enflammant les soirées en tant que DJ respectivement sous leur sobriquet Al Core et Radium.

Même s’il est prescrit « Pas d’utilisation prolongée sans avis médical » à l’arrière du disque, on ne se gênera pas pour imiter la signature du médecin. Cet album en forme de retrouvailles tient ses promesses : un hardcore toujours aussi rentre-dedans, bien aiguisé avec toujours ce groove caché et ces samples cinématographiques qui ont forgé leur réputation. Micropoint a prouvé qu’il était un groupe fait pour la scène (cf. leurs performances dans les plus gros festivals d’Astropolis à la Techno Parade et leur album Remontées avec MC Youthstar), et ce qui marche sur le public fonctionne évidemment sur disque. On imagine mal John Travolta danser en fringues moulantes sur Saturday Noise Fever, au pied lent mais puissant, avec ce riff de guitare addictif et la voix psycho-sensuelle d’Oliver Chesler aka The Horrorist! La session jeux de mots continue avec l’ironique et bourrin Follow The Dealer, et blague à part, on se prend volontiers quelques rafales avec Be My Clone, le criard Level 666 avec Lenny Dee ou Detox Tomorrow. Autant influencés par Pink Floyd que par Prodigy ou les Bérus (qu’ils ont récemment remixé), cette couleur rock électrique déteint sur des morceaux comme Da Fuck, le midtempo Zombie Room (avec VX du groupe Punish Yourself) ou le barré Crackpipe.

Comme dirait l’outro, Another Dose ne fera de mal à personne…

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising