Various Artists – La Villa Rouge Vol. 5

Various Artists – La Villa Rouge Vol. 5

Various Artists - La Villa Rouge Vol. 5 - Citizen Records

Depuis qu’il a repris la main sur la sélection des compilations Club Villa Rouge, il y a deux ans, le label Citizen Records en profite pour proposer une compilation maison composée de ses propres artistes, de coups de coeur, et du meilleur cru électro de 2008. Le résident de la Villa, Lorent Air, met sa sélection entre les mains de Monosurround. C’est du donnant-donnant, et le duo allemand fait honneur aux goûts musicaux du club montpelliérain, certainement le meilleur de l’hémisphère sud de notre hexagone.

Citizen reste attaché à sa formule electrotek imparable. On retrouve avec joie le classique Silver Screen Shower Scene du bon vieux Felix Da Housecat accompagnée de notre Miss Kittin, dans un nouveau format club signé Thin White Duke, le tubesque Madness de Matzak, la bassline bien portante de Durchblick qui n’en finit pas de monter, une face B old school de Surkin, ou The Lamb du revenant Sad Mafioso qui nous manquait terriblement depuis son maxi Ce Que Tu Cherches, out of stock chez tous les disquaires, on se demande pourquoi… Le milieu du mix dévoile un certain penchant pour la techno minimale qui nous aurait surpris il y a quelques années de la part du label.

Une petite poignée de morceaux sont là pour décorer, mais notre système nerveux retiendra les morceaux de Jurgen Pape et Boy Schaufler, qui donnent leur définition du groove dans le style electro pop de We Love, Maxime Dangles dans un exercice mélancolique, le reconverti Popof qui gonfle un track de Veerus et Max Devine, ou ce remix mystique de Danton Eeprom pour le vétéran Jan Driver.

Au delà de son efficacité globale, ce digipack vaut le coup rien que pour ses sept titres exclusifs, avec en tête de liste l’un des hymnes de la Villa Rouge signé Lorent Air et Alex Millan, le breakbeat digital de Something A La Mode, une nouvelle tuerie de John Lord Fonda (pléonasme ?), les Penelopes qui se font refaire un look chez Black Strobe, un titre de l’allemand Fukkk Offf qui fait bien mal… Pour le mot de la fin, Monosurround se fait une auto-dédicace avec son titre fétiche Cocked, Locked, Ready To Rock qui a du mettre plus d’un clubber sur les rotules…

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising