Miss Platnum – Chefa

Miss Platnum – Chefa

Miss Platnum - Chefa - Four Music

La Roumanie est entrée avec succès dans l’Union européenne. Aujourd’hui, elle se glisse discrètement à l’intérieur du cercle très fermé du R’n B moderne. A Dracula et Ceausescu se joint donc Miss Platnum dans la liste des icônes de ce pays sous-estimé à tous les niveaux, et davantage lorsque l’on parle de musique, sauf s’il s’agit de la soupe destinée à l’Eurovision. Ruth a 8 ans quand elle s’exile en Allemagne de l’Ouest pour une vie meilleure. Une joie de vivre retrouvée qui déteint dans les douze morceaux de cet album Chefa. Depuis qu’elle est toute petite, elle chante dans la chorale de l’école, à l’église, dans des comédies musicales, puis avec des femmes au foyer à l’atelier de Jocelyn B.Smith pour s’évader de la misère quotidienne à 18 ans. A force de faire travailler ses cordes vocales, elle se fait remarquer, et portée par les éloges, elle enregistre un album solo qui n’intéresse malheureusement personne. Elle sombre alors connement dans l’alcool et la drogue avant de se ressaisir en effectuant un retour aux sources dans un voyage entre l’Allemagne et son pays d’origine la Roumanie. Elle y retrouve son identité quelque part sur la route et remet son talent à l’épreuve dans un album avec de la bonne humeur bien tassée à l’intérieur.

Le disque démarre sur Do You, quelque chose qui sonne comme une chanson de loveuse ordinaire, pimentée d’une certaine fraîcheur contemporaine. Elle chante sans complexe son tube Give me the Food en nous mettant face à nos préjugés : ‘Ouais je suis enrobée, et alors ?’. Un single mérité dansant, nerveux et organique, où les producteurs The Krauts se révèlent efficaces. Come Marry Me change notre opinion sur le fait de rapper en allemand ; finalement, c’est loin d’être si moche, et Miss Platnum continue de mettre dans un blender des sons traditionnels et des beats hip-hop, en particulier avec ce qui sera sans doute le prochain extrait à faire découvrir à vos potes, Mercedes Benz. Pas de look gangsta, pas de tresses afro, pas de lunettes de soleil ni de survêtement blanc à 300$, la chanteuse se la joue kitsch avec ses robes colorées et traditionnelles qui sortent de la garde-robe de sa mère. Physiquement, c’est un peu l’inverse d’Alicia Keys (c’est un charme d’un autre genre dira t’on), mais musicalement, ça mérite le même succès. Le beat aquatique de la balade By Your Side, un Sweet Garden profond qu’on croirait produit par Flying Lotus, et le morceau Snakepit, espèce de duo entre M.I.A et une caravane manouche, authentifient son ouverture d’esprit.

Une artiste charismatique inattendue, qui a de quoi être fière de squatter les bacs electro ou R’n B, et qui mérite le coup d’œil en live!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising