Various Artists – Boogybytes Vol. 05 mixed by Seth Troxler

Various Artists – Boogybytes Vol. 05 mixed by Seth Troxler

Various Artists - Boogybytes Vol. 05 mixed by Seth Troxler - Bpitch Control

BoogyBytes est la bonne école sur Bpitch Control pour tout DJ qui a envie d’étaler sa personnalité musicale, un peu à la manière de la série DJ Kicks sur le label !K7. Ce cinquième volume a la particularité de ne pas être confié à un pousseur de disques déjà incontournable de la maison. Seth Troxler et Ellen Allien se sont croisés au club Watergate de Berlin, et cette dernière a décidé de le mettre à l’épreuve et lui donner carte blanche. Une porte ouverte que Seth enfonce sans se précipiter avec un set sexy tout en profondeur qui cherche son auditeur. Avec l’intro signée The Royal We, on commence par se demander sur quel pied on va danser en écoutant ce groove étouffé peu commun, qui affiche d’entrée la singularité du DJ. Luciano et Mike Shannon suivent pour contribuer à ce warm-up de 5 minutes, dénué de beat, mais dont les ondes font remuer le popotin.

Les choses sérieuses commencent avec la deep techno exemplaire de Craig Smith & The Revenge pour virer sans prévenir sur le jazz-funk hybride de Baeka. Seth Troxler enchaîne des morceaux inclassables et parvient à rester incroyablement cohérent, sans poser de grosse bombe dancefloor trop convenue. Moment fort du mix, Dinky et Update prêtent leur house hypnotique fort bien foutue qui se déhanche sous les doigts de Troxler. Globalement, absolument rien à jeter dans ce DJ set aux ambiances dubby qui semble avoir été enregistré dans une bulle de savon. Vous voyez ce que je veux dire ? Pas grave, on continue. On a un peu plus de mal avec le morceau de Spektrum qui semble avoir été produit avec du papier kraft, mais Alexis Delano nous lance à nouveau le fil rouge du disque avec la minimale amortie de Molar One. Sous son pseudo dérisoire Thrill Cosby, Seth Troxler réussit l’exercice du remix en relookant Heartthrob par des arrangements spontanés, groovy et limite comiques.
La fin du set monte en intensité, avec des trucs qui tapent signés Roman Flügel, la mélancolie avouée de Kiki, le remix intense de Seth Troxler pour Fever Ray, ou la sensation Nicolas Jaar et un extrait de l’excellent EP Time For Us qui conclut ce travail presque parfait sur un air de house soulful qui ressemble à la résurrection prématurée de Moodymann.

Un disque conçut par un mec naturellement doté d’une science du mix qui manque cruellement à la nation du DJing!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising