Various Artists – The Vinyl Collection Volume 1

Various Artists – The Vinyl Collection Volume 1

Various Artists - The Vinyl Collection Volume 1 - Citizen Records

Ceux qui n’ont pas de platine vinyle peuvent déjà lâcher un gros « Youpiiii ». A force de manger autant de bons albums CD du label dijonnais qui arrache autant que la moutarde locale, nous étions tous pressés que le meilleur des maxi vinyles fasse l’objet d’une compilation exclusive. Fin 2006, le crew sortait Résumé, sorte de mini best-of mélangé avec les influences majeures des artistes. Ce que nous propose l’équipe de Fred Gien, c’est la vraie synthèse de sept ans d’activité, néanmoins très axée sur les sorties de ces trois dernières années.

Ça fait quand même du bien de pouvoir s’écouter en boucle des galettes rares ou complètement out of stock chez tous les disquaires, comme la tornade Ce Que Tu Cherches de Sad Mafioso ou la basse surgonflée du terrible Go Ahead de Filth’N’Dirt aka Detroit Grand Pubahs. Le tracklisting divulgue un certain écart minimaliste par rapport à la ligne de conduite habituelle: le récemment signé Matzak, le classique dark Sinister Boogie de Remote, qui remixe également avec Jennifer Cardini un titre de Shockers qui devient alors mental et hypnotique, tout le contraire des morceaux rock’n roll et bordéliques qui les encadrent sans complexe sur la compilation. Monosurround, autant nourris à l’AC/DC qu’à la musique club, The Silures, quand Vitalic prend la guitare et fait de l’EBM pour signer la troisième sortie du label, le bulldozer lillois Terence Fixmer revu par OK Rocks, le massif John Lord Fonda avec la version live de So Far Away qui laisse imaginer les dégâts qu’il peut causer, et un remix très propre des Scratch Massive. Quelques titres laissent la porte entrouverte aux nouvelles orientations du label, qui va toujours plus loin dans l’electro tek pure et dure, avec cette version brutale de Das Glow issue du dernier maxi de The Micronauts, Vitalic qui ralentit le tempo des Teenage Bad Girl, un (une ?) Lady B au sommet, et l’importante recrue féminine Missill, d’habitude très british (dubstep, jungle, ragga…) qui fait une escale par Dijon pour sortir logiquement ses plaques les mieux appropriées.

Je vous mets au défi classer ces morceaux du plus jeune au plus ancien. Citizen ne vieillit pas! Il mûrit!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising