Girl Talk – Feed The Animals

Girl Talk – Feed The Animals

Girl Talk - Feed The Animals - Illegal Art

Sorti tout droit des sous-sols de Pittsburgh, Greg Gillis a choisi de troquer sa carrière d’ingénieur biomédical pour devenir ingénieur biomusical. Il dissèque avec son gros scalpel les hits pop d’hier pour les recoller ou les empiler, afin d’arriver au style qu’il appelle « New pop from old pop ». Il est vrai que ça procure un certain plaisir de ré-écouter toutes ces chansons entrelacées en étant impatient d’entendre ce qui va surgir dans les 10 secondes suivantes. La particularité de Girl Talk, c’est qu’il n’épluche pas les samples pour en extraire une infime partie qui passe inaperçue. Il ne se gêne pas et veut surtout nous faire avaler toutes ces références, brutes et enchaînées comme un bootleg géant ou un bon set des 2 Many DJ’s. On pourrait écrire tout un paragraphe sur les références qui font de lui un producteur connu du grand public, mais on se contentera de noter que l’album précédent Night Ripper figurait dans la liste des meilleurs albums de l’année 2006 pour beaucoup de magazines aussi bien orientés électroniques que rock’n roll, et il n’est pas rare que Greg soit sollicité pour ses services par des gens comme Beck, Of Montreal ou Simian Mobile Disco!

La légende dit qu’il y aurait plus de 300 samples en 50 minutes, soit 10 à la seconde. Ça paraît un peu beaucoup, d’autant plus qu’on a l’impression qu’il s’agit d’une succession cohérente de segments d’une dizaine de secondes. Peu importe, car même si ça relève parfois de la démonstration, le disque parvient à tenir son auditeur en haleine, avec sans arrêt quelque chose de nouveau à découvrir. Pas de style précis pour chaque track, tout se mélange dans un joyeux bordel de disco, hip-hop, rock, electro, pop, RnB. Tout en dansant dans notre salon, on se laisse volontiers aller au jeu du blind-test et on met le doigt sur Blackstreet, Ace of Base, Jackson 5, Yaël Naïm, Hot Chip, Parliament, Stardust, Rage Against The Machine, Sinead O’Connor, Underworld bref on n’a pas toute la nuit. Pour les curieux, il existe un article sur wikipedia qui reprend l’album sample par sample, seconde par seconde!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising