Telefon Tel Aviv – Immolate Yourself

Telefon Tel Aviv – Immolate Yourself

Telefon Tel Aviv - Immolate Yourself - BPitch Control

Bpitch Control doit être fier d’accueillir contre toute attente les deux gars de Telefon Tel Aviv, qui figuraient jusqu’à maintenant parmi les meilleurs éléments du label expérimental Hefty. Ce changement de sceau n’est pas forcément lié à une mutation artistique brute. Pour Bpitch, c’est une aubaine de pouvoir élargir son catalogue à des choses plus deep, pas fatalement destinées aux clubs, une grenade soft déjà dégoupillée par quelques morceaux singuliers d’Apparat ou Sascha Funke. Joshua Eustis et Charlie Cooper ont également évolué depuis Fahreneit Fair Enough en 2001 et le fabuleux Map Of What Is Effortless trois ans plus tard ; tous deux sont d’accord pour dire que leur musique reprend les bases de leur savoir-faire mais qu’elle se mire dans une glace déformante qui prendrait à parti les textures originelles pour les rendre plus dark et mélancoliques.

Le duo de Chicago multiplie alors le côté plaintif et émouvant de leur son, à l’image de la puissance libérée par The Birds, qui engage l’album sur un chemin pop et electronica qui aura vite fait de provoquer des allers-retours dans votre moelle épinière. Les chants lointains de Your Mouth viennent affronter une rythmique fort bien travaillée au milieu de ces nappes qui semblent onduler avec le vent. Helen Of Troy est l’un des sommets de l’album, avec sa pop complètement new wave qui ne demande qu’à fermer les paupières pour en apprécier toute l’élégance. Telefon Tel Aviv semble avoir un faible pour les années 80 avec par exemple le très synthétique et discoïde à souhait You Are The Worst Thing In The World. Mostly Translucent préfère monter jusqu’à mi-hauteur pour maintenir la tension aussi efficacement qu’un bon M83 pendant que Stay Away From Being maybe privilégie la puissance d’une rythmique qui tape fort et touche quelques-unes de nos cordes sensibles. Sans vouloir faire cliché, certains morceaux frôlent la musique d’une scène de fin d’un film d’aventures, mais Telefon Tel Aviv a néanmoins conservé leur maestria pour ce qui est d’atteindre de somptueux belvédères de sons…

A l’heure où j’écris ces lignes, j’apprends une bien triste nouvelle et ne l’annonce que maintenant histoire de ne pas plomber l’ambiance en début de chronique : merci de respecter une heure de silence en écoutant cet album, à la mémoire de la moitié du groupe, Charles Wesley Cooper, qui nous a quitté ce 22 janvier…

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising