Santos – Casa Marron EP

Santos – Casa Marron EP

Santos - Casa Marron EP - Crosstown Digital Rebels

Ces dernies mois, il a plutôt été difficile de ne pas avoir entendu parler du label de Damian Lazarus, Crosstown Rebels, notamment grâce aux différentes sorties de Jamie Jones, de Butane ou de Damian Lazarus lui-même. Probablement par peur de s’ennuyer ou peut-être par envie d’expérimenter des nouvelles approches, le label crée une sous-division entièrement dédié au digital, CrosstownDigitalRebels. Pour la sixième sortie de ce label digital, le label de Lazarus a porté son choix sur un vétéran dans la dance music, Santos.

Santos aka Sante Pucello rode dans le milieu de la musique depuis déjà plus de deux décennies, ce qui lui confère un statut « d’ancien ». Dès 1995, il apparait avec ses premières productions sur le label Mantra Vibes et sortira depuis plus ou moins régulièrement divers productions. Même, si nous l’avions quelque peu oublié au fil des années, il se rappelle à nos mémoires cet été avec l’excellentissime Hold Home sorti sur Moon Harbour Recordings. Remonté à bloc depuis, Santos ne se prive pas sur les trois titres de l’EP voulant s’assurer les hurlements des dancefloors.

Ouverture du bal avec le titre Le Pineta qui nous envoie directement une ligne de basse soutenue dans les oreilles avec un brin de folie sombre. Un titre à la résonance funky acidulée au flair empoudré nous plongeant dans un univers dément digne de l’asile présenté dans L’Armée des 12 Singes. S’en suit le titre Desencadeada, quelque peu plus techno mais composé toujours dans sa base de sons funkynoïdes agencé avec une complexité déroutante aux premiers abords, ce qui n’est pas sans rappeler le titre mythique de Jeff Mills, The Bells avec ces cymbales fracassantes et ces percussions électronisantes. Dernier titre présent sur l’EP, Mariachi Hotel démarre quelque peu plus en douceur que les deux précédents avec une montée progressive sans toutefois vraiment décollé et réussir à pleinement remplir son objectif. Bien que construit intelligemment, il lui manque probablement ce petit plus qui l’aurait rendu indispensable. Si nous voulons être totalement honnête, ce petit plus apparait sur la deuxième moitié du titre mais un rien trop tard puisqu’il a déjà fallu attendre plus de quatre minutes.

Un EP réussit dans son ensemble mais où l’objectif central se voulait être le dancefloor et qui se trouve être un rien trop mental pour pleinement toucher une foule. Les connaisseurs et les amateurs de l’artiste adhèreront sans aucune difficulté, les autres risquent d’avoir quelques difficultés aux premiers abords.

Tags

About author: Sultan El Turrah

Sultan El Turrah

Founder and owner of TheClubbing.com / Document electronic music since 1999.

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising