Interview: Danzca (Maxime Dangles & Paul Nazca)

Interview: Danzca (Maxime Dangles & Paul Nazca)

Danzca (Maxime Dangles & Paul Nazca)

A l’occasion de la sortie de leur nouvelle production, Naphtalina EP, sur Signaletik Records, le duo le plus extraterrestre de France, Danzca, nous accorde une interview retraçant la création du duo, leur collaboration et aussi leur plaisir partagé de cette aventure. Ce duo, accro à l’autodérision et aux bons repas mais détestant se prendre au sérieux, évoque aussi l’apport des nouvelles technologies dans la promotion et la diffusion du travail artistique. Un moment de plaisir partagé pour une interview décalée.

Pour les lecteurs qui ne vous connaîtraient pas encore, pourriez-vous vous présenter chacun brièvement?
Nous sommes Maxime Dangles et Paul Nazca tous deux producteurs de musiques électroniques. Le nom Danzca provient tout simplement de la fusion entre Dangles et Nazca.

Danzca (Maxime Dangles & Paul Nazca)Maxime Dangles, depuis tes débuts sur Kompakt, tu as connu une ascension relativement rapide. Paul Nazca, tu as déjà un certain background et reconnaissance surtout depuis le célèbre album Les Musiques de Mon Moulin sorti en 2003. Comment avez-vous fait connaissance?
Paul: La toute première rencontre fut en soirée évidemment mais la première vraie accroche s’est passée dans une soirée au Bar Live à l’époque, Maxime est venu avec un CD démo et quelques jours plus tard, après plusieurs écoutes, avec le label Scandium, nous avions décidé de lui proposer de faire un, voir, deux disques chez nous ce qui s’est finalement passé par la suite.

Maintenant, vous formez un duo sous le nom Danzca, comment est-il né? Quelles étaient les motivations?
Paul: Nous avons discuté de nos manières de produire et nous avons eu envie de la partager en faisant un essaie studio chez l’un et l’autre. Deux sessions, deux morceaux terminés, le calcul était vite fait! Nous essayons de garder une cadence chaque semaine mais ce n’est pas évident car on a aussi nos propres carrières et vie à gérer aussi.

Et qui de vous deux à trouver le nom?
Maxime: En tournant et virant, au bout de quelques idées, nous trouvions que la moitié de nos noms rapprochée sonnait plutôt bien et puis ça avait un sens pour nous.

Vous aimez vous tourner en dérision, l’envie de ne pas se prendre au sérieux?
Maxime: Oui, le but de ce duo est avant tout de passer du bon temps donc voilà pourquoi cette façon de ne pas se prendre au sérieux.

Danzca (Maxime Dangles & Paul Nazca)Après une première sortie, Speicher 63, sur le label Kompakt, votre deuxième sortie est sur le jeune label français Signaletik Records. Qu’est-ce qui vous a donné envie de travailler avec eux?
Paul: En fait, c’est venu comme ça. A la base nous ne faisions pas de musique pour sortir obligatoirement des disques mais quand on a vu que l’on avait presque 20 morceaux prêts, on s’est dit « Mais pourquoi pas faire un envoi? ». Maxime a proposé d’envoyer quelques titres à Michael Mayer et au final, il nous a dit « Ok mais il m’en faut une autre ». Du coup, on a refait un nouveau morceau qui a fini en face B, plutôt rare car en général les Speicher sont toujours « un artiste par face ». Tant mieux pour nous.
Pour Signaletik Records, c’est eux qui sont venus vers nous. On a trouvé ce label plutôt bien géré avec une bonne visibilité et une actualité malgré son jeune âge. Mais avant tout parce qu’il ose encore sortir du vinyle, ça c’est la plus importante des choses car à l’heure actuelle, on a trop tendance à faire confiance au MP3 même si c’est l’avenir.

Le remix du titre phare, Naphtalina, a été confié à Joey Beltram. Etes-vous content du résultat? Vous aimez l’approche qu’il en a eue?
Paul: Oui bien sûr! D’ailleurs les feedback sont tous autant positifs! Joey est une référence en matière de pur techno il ne faut pas oublier son Energy Flash dans les années 90.

Danzca (Maxime Dangles & Paul Nazca)D’ailleurs, d’où proviennent les noms des différents titres présents de cet EP : Naphtalina, Little Room et Sioux?
Maxime:
Naphtalina: Lors d’une session à mon studio, Paul est allé « changer l’eau aux olives ». Pendant ce temps là, j’ai enregistré quelques sons au micro, j’étais enrhumé, j’ai toussé et ces sons-là se sont retrouvé dans le track sauf qu’on a l’impression que les sons qui ressortent font penser à une situation pas très légale.
Little Room: Nous avons fait ce trax dans un studio de 3m2.
Sioux: L’esprit général du track, nous a fait penser à un chef indien.

Pour parler de la création proprement dites, quelles sont été les différentes étapes de la création de cet EP?
Paul: Aucune en particulier. Nous faisons de la musique dès que nous le pouvons et ce disque-là s’est fait avec des tracks déjà fait auparavant, donc nous ne sommes pas vraiment passés par des étapes. Nous nous sommes juste mis d’accord avec les labels managers concernant l’ordre sur le disque et la validation du remixeur.

En pratique, comment se passaient les sessions de travail? Vous vous voyiez ou c’était essentiellement par internet?
Maxime: Le but de ce duo est de passer un bon moment, nous ne travaillons jamais par internet. Nous allons un coup chez Paul, un coup chez moi.

Danzca (Maxime Dangles & Paul Nazca)Une anecdote sympa à ce propos?
Maxime: Nous aimons bien nous faire de bonnes petites bouffes à midi! Nous nous disons souvent « Oula tranquille »! D’ailleurs, sur des tracks encore non signées, on peut retrouver des titres correspondants à des situations gastronomiques. Mais on n’en dit pas plus.

Dans la genèse créative, quelles sont les différents artistes ou labels qui vous inspirent ou qui vous influencent?
Maxime: Les artistes et les labels qui nous inspirent sont Gilbert Montagné, l’Affaire Louis Trio, etc. Pour nous, le tube incontournable serait : Mmm… Bon, on va arrêter là! (rires)

Pour la composition, plutôt hardware ou software?
Paul: Nous, nous sommes plutôt hardware.
Maxime: Je m’y suis mis grâce à Paul.
Paul: J’aime ça depuis ma naissance.

Et pour mixer?
Paul: 100% vinyle! Non, c’est vrai qu’on a tous deux une grande préférence pour le vinyle même si parfois, la nouvelle façon de promouvoir la musique, nous oblige à passer quelques CD.

Indépendamment de votre duo, vous continuez chacun vos carrières en solo. Temporairement ou une volonté de varier les projets?
Paul: Encore une fois, l’objectif de ce duo est de se faire plaisir, voilà pourquoi nous ne mettons point de coté notre carrière solo.

Une envie particulière pour le futur de votre duo?
Maxime: Garder ce même esprit en composant à la cool avec des machines et avoir encore de belles dates comme celles passées ces derniers mois!

Danzca (Maxime Dangles & Paul Nazca)Une question un peu piège, le titre qui ne quitte jamais votre bag à vinyles ou votre lecteur MP3?
Paul: Turkish Bazard d’Emmanuel Top
Maxime: L’album Zeit de Paul Kalkbrenner
Les deux: Mais il y en a d’autres…

D’ailleurs, en parlant de MP3, cette technologie, vous la voyez comme un risque pour l’avenir de l’industrie musicale ou une opportunité unique de toucher un public plus large?
Maxime: Oui tu as raison, c’est une opportunité de toucher un public plus large, même si parfois, cela nous enrage de retrouver nos maxis piratés avant la sortie vinyle. Mais cela fait partie du jeu! Paradoxalement le piratage est aussi une forme de promotion à l’heure actuelle. Pour nous, le but est de faire parler de nous et pas d’être dans une optique de vouloir absolument vendre du MP3. Pour l’instant, ce ne sont pas les ventes générées qui vont nous faire vivre.

Et un conseil aux jeunes qui veulent se lancer maintenant tant dans la production que dans le deejaying?
Paul: Y croire et garder toujours ça en passion. Etre patient. Ne pas se dire que l’on va en vivre, laisser faire les choses en essayant de bosser au maximum tout en gardant un petit boulot à côté si on en a un. Ne jamais copier, toujours innover avec sa propre patte.

A quoi pouvons-nous nous attendre dans les mois à venir?
Nouvelles tracks, nouvelles dates, nouvelles machines!!!

Un dernier mot?
Merci à vous!

Merci à vous également de nous avoir accordé du temps pour cette interview.

Tags

About author: Sultan El Turrah

Sultan El Turrah

Founder and owner of TheClubbing.com / Document electronic music since 1999.

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising