Nic Fanciulli – Caller ID [feat. Bernard Fowler & The Peech Boys]

Nic Fanciulli – Caller ID [feat. Bernard Fowler & The Peech Boys]

Nic Fanciulli - Caller ID [feat. Bernard Fowler & The Peech Boys] - Bitten

Nic Fanciulli fait beaucoup parler de lui en ce moment. Après son récent remix de Pushin’ Too Hard de Saint & Sinners sur Bedrocks Records, Nic Fanciulli nous offre un nouvel EP sur le jeune label de Sandy Huner et 2000 and One. Après seulement cinq sorties, ce label a déjà réussi a aligné un joli palmarès avec des EP ou remixes de DJ Madskills, Anton Pieete, Paul Ritch et Doomwork & Neuroxyde. Il peut donc dès maintenant ajouter le nom du DJ anglais à son palmarès. Nic Fanciulli commence à mixer pendant son adolescence dans les bars et clubs de sa région et acquière une certaine notoriété et lui permet de mixer au côté de noms tels que Deep Dish, Pete Tong, John Digweed ou X-Press 2. En 2006, cet artiste a des résidences au quatre coin de la planète. A la même époque, il commence petit à produire ses premiers titres et remixes mais les choses s’accélèrent quand le label Renaissance lui confie une de ses célèbres compilations Renaissance Presents Nic Fanciulli et devant le succès de son propre label, Saved Records lancé en collaboration avec Andy Chatterley en 2004 mais sa reconnaissance grand public et son éloge par la critique arrive lors de son association avec James Zabiela sous le nom de One + One en 2007. Sous cette appellation, le duo fera plusieurs fois le tour du monde pendant de nombreux mois et produira deux titres déjà devenus des classiques: No Pressure et Rover. La même année, il sort avec son partenaire de label Andy Chatterley, sous le nom Skylark, un premier album i-Panik, suivi un an plus tard par un album de remixes. Avec un parcours aussi chargé et tant de temps, Nic a du user et abuser du téléphone et peut difficilement s’en séparer longtemps… au point que cela est devenu un de ses outils de communication préféré auquel il dédie aujourd’hui une release.

L’EP trois titres Called ID est donc un hommage à cet appareil de notre quotidien que nous utilisons souvent par habitude sans réaliser tout la facilité et les avantages qu’il offre. Avec le titre éponyme, Nic Fanciulli met à l’honneur un sample vocal de Bernard Flower des Peech Boys. Ce formidable trio formé au début des années 80 par Bernard Fowler, Larry Levan et Michael de Benedictus nous a offert trois classiques inoubliables: Life Is Something Special (1982, Island Records), On A Journey (1983, Island Records) et The Magic Feeling (1984, Garage Records). Mais c’est vers la première sortie du trio que Nic Fanciulli a porté son attention, Don’t Make Me Wait, sorti en 1982 sur West End Records. La légende veut d’ailleurs que Larry Levan jouait deux copies en suivant au Paradise Garage avant de prolonger le titre à la plus grande joie de tous les clubbers. La vocal de Bernard Flower apparait essentiellement dans le troisième tiers du morceau Caller ID sur fond de rythme soutenu, dynamique et quelque peu hypnotique. On The Phone offre une approche radicalement différente ce qui n’est pas sans casser la dynamique quand nous écoutons les deux titres en suivant. Une ligne de basse pulsionnelle, sous-jacente et lunatique génère un groove ultra efficace où le rythme est également donné par un sample vocal qui n’est pas sans rappeler un peu des anciens classiques House. L’EP se termine sur le titre 999, le numéro des urgences en Grande-Bretagne. Le titre porte relativement bien son nom puisque devant son efficacité, tout DJ pourrait le sortir en urgence devant un dancefloor un peu dur au lancement.

Tags

About author: Sultan El Turrah

Sultan El Turrah

Founder and owner of TheClubbing.com / Document electronic music since 1999.

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising