Sandy Rivera – The Blackwiz Farm

Sandy Rivera – The Blackwiz Farm

Sandy Rivera - The Blackwiz Farm - Blackwiz Records

Sandy Rivera aime nous faire patienter et prolonger le suspense. En effet, il y a déjà plus de cinq ans qu’il a sorti son dernier album « électronique », Trouble, et encore, c’était avec son groupe, Kings Of Tomorrow, composé de Jose Burgos, Jay Sinister Sealée et lui-même. Malgré deux compilations de poids, Sandy Rivera In The House sur Defected en 2003 et Renaissance: The Masters Series, Part 8 sur Renaissance en 2006, cet artiste n’avait jamais vraiment édité d’album solo malgré un nombre conséquent de singles et d’EP à succès comme I Can’t Stop ou Forever sous le nom Sandy Rivera, Life sous le pseudonyme Auréi ou d’autres titres mémorables à travers ses différents groupes : Finally avec Kings Of Tomorrow, Don’t Hold Back avec Soul Vision ou le beaucoup plus ancien Right Now avec Awesome Foursome sorti en 1992. Par soucis de justesse, il est tout de même important de préciser que Sandy Rivera a bien sorti un album solo récemment sous le pseudonyme Ancestors sur le label Tee Pee Records mais Of Sound Mind est un album essentiellement rock / psychedelic rock et ne rentre donc pas vraiment dans la lignée des productions électroniques qu’attente tous les aficionados de l’artiste.

Et quel meilleur label que le sien pour accueillir son nouvel album The Blackwiz Farm ? Mais avant d’attaquer l’album proprement dit, un petit rappel sur l’histoire tumultueuse de Blackwiz Records. Sandy Rivera crée son label à New-York en 1993 et y accueillera plusieurs des premières productions de son groupe Kings Of Tomorrow. Après une mise en veille s’étalant de la fin des années 90 à 2005, son label s’associe au londonien Defected, après qu’il ait déménagé de New-York à Londres et cette association permet ainsi de relancer sa structure. Suite à cette renaissance, il produira notamment sur cette dernière des artistes tels que Robert Owens, Elzi Hall ou encore Rae ou des nouveaux talents comme Timmy Vegas, Andy Daniell, Haze et Suroh.

Derrière un nom quelque peu « comique » pour un album, The Blackwiz Farm, se cache un disque riche et varié. A l’instar d’une ferme composé d’une multitude d’espèces animales, Sandy Rivera a construit son album avec une multitude de sonorités et de genres. Il est d’ailleurs surprenant d’entendre ce type de sonorités pour ceux qui ne connaitraient pas vraiment le travail de l’artiste dans sa globalité. En effet, seuls ses titres House les plus accessibles sont connus de tous mais l’artiste a aussi produit de très nombreux morceaux beaucoup plus underground comme Organised Noise 1 & 2, Flutes (Fade to Black), Abstract Collage ou Mysterious People. Voici donc venu le temps pour lui de montrer à tous, ses autres facettes de producteur. L’album s’ouvre sur le titre Auréi 2, utilisant de manière assez discrète et subtile un sample d’un des plus grands succès de Kings of Tomorrow, Finally. Ce titre mélodique et Deep ouvre parfaitement l’album en vue d’un magnifique voyage. Voyage qui se poursuit sur le titre Reguide où la Deep House du premier titre laisse place à une House instrumentale légèrement plus pêchue et en montée rythmique qui introduit parfaitement le troisième track Tech House, Seclusion, un morceau où je qualifierai la basse de binaire mais cette basse est bien accompagnée par une structure de morceau qui permet ainsi de donner une profondeur à ce titre. Lost Trail continue dans la Tech House mais ici quelque peu plus dur avec des effets plus froids et une basse plus lourd ce qui donne une alternance chaud/froid à cette plage. Si nous reprenons l’image de la ferme, ce titre se situerait incontestablement dans le poulailler. Arrive le titre Redial qui s’ouvre sur une basse tonitruante qui fera vibrer intensément plus d’un subwoofer mais aussi le premier titre à contenir un vocal bien que celui-ci soit très léger et ne sert plus qu’à soutenir le rythme effréné du titre. Organized Noise 3 2010, comme son nom l’indique est la suite des deux premiers mais dans une version plus actualisée, plus en phase avec les sonorités actuelles. Cosmo Bar est aussi présent sur l’album bien que ce titre ait déjà plus de trois ans et été entendu dans de très nombreux sets mais il n’avait jamais été rendu (légalement) disponible jusqu’ici. L’album se termine sur le titre Progressive House, Undiscovered, qui clôture ce voyage musical, à l’instar du titre Aurei 2 qui l’avait parfaitement inauguré. Avec ses nappes de synthés et ses plages atmosphériques, ce titre permet de redescendre progressivement sur terre et finir ainsi ce tour du propriétaire. Notons tout de même que l’album inclus 4 remixes ainsi qu’une version mixée de ce dernier. Ces quatre remixes offrent une version rafraichie d’ancien classique de son label ou de l’artiste.

Sandy Rivera signe ici un album dans un style où peu de personnes l’attendaient tellement son nom est associé à la House Vocal. Cet album crée donc agréablement la surprise et nous offre une vision différente de cet artiste ce qui pourrait plaire à beaucoup de personnes qui se sont détournées de lui à cause de sa face parfois un peu trop « easy ». L’artiste ne se repose pas pour autant sur ces lauriers maintenant que son album est fini puisqu’il nous prépare une première sortie de House vocale avec Rae sous le nom de Kotrae pour l’été, suivi d’un album complet sous ce pseudonyme peu après.

Tags

About author: Sultan El Turrah

Sultan El Turrah

Founder and owner of TheClubbing.com / Document electronic music since 1999.

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising