Chromeo – Business Casual

Chromeo – Business Casual

Chromeo - Business Casual - Studio !K7

Enfilez les lunettes de soleil, ça brille! Même s’ils n’ont plus rien à prouver dans l’art de faire bouger les culs sous la boule à facette, le duo québécois Chromeo revient avec un troisième album classieux intitulé Business Casual. Dave 1, voix suave et matière grise, et le beatmaker P-Thugg représentent ce qui se fait de mieux en termes de disco sophistiqué. Très propre sur lui, le son de Chromeo n’hésite pas à se mettre sur son 31 pour ressusciter les grands pontes du genre. Il est un peu tard pour égaler les Earth, Wind & Fire et autres Kool & The Gang, mais les canadiens s’inspirent du meilleur pour huiler cette véritable machine à tube qui débite des bonnes vibes à la chaîne.

Terriblement sexy et rétro, Hot Mess nous ouvre les portes de l’album, transformant les clichés du genre en vues panoramiques. C’est carré, aussi net qu’un diapason, et on traiterait bien le titre I’m Not Contagious de menteur, tant cet electrofunk fait bouger les épaules sans effort. Night By Night fait l’effet d’une collaboration entre Kavinsky et Romanthony, une synth-pop volée à Moroder qui n’a rien à envier à la délicieuse bassline eighties de You Make It Rough. En dépit d’une fin qui laisse à désirer, avec un J’ai Claqué La Porte en français complètement hors-contexte ou The Right Type qui sonne comme la B.O. d’une romance de plage à deux balles, on ne peut rien reprocher à ces mecs encore capable de produire de véritables hits à l’ancienne alors que tout a été fait en disco-funk, comme When The Night Falls, passage obligatoire par la force féminine qui adoucit la chorégraphie, ou Don’t Turn The Lights On qu’on aimerait avoir dans sa collection de 45 tours à la pochette déchirée… C’est du plaqué or!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising