Piemont – Sand Hills

Piemont – Sand Hills

Piemont - Sand Hills - Suchtreflex

Quand on squatte les flight cases des plus grands comme Richie Hawtin ou Carl Cox, on part sur de solides bases lorsqu’il s’agit de composer un second album. Sans pression, aucune, le talent de Piemont opère une nouvelle fois sur ce long format ouvertement techno, qui pioche un peu de sa personnalité chez ses amies la house et la minimale. Frederic Möring-Sack et Christian de Jonquières sortent Sand Hills sur leur propre label Suchtreflex. 14 titres et 75 minutes c’est long pour un album de rythmes binaires ; on l’écoutera en plusieurs fois, en fond sonore du before du samedi soir ou on piquera les titres à l’unité pour les mixer sous Traktor. Une manière comme une autre d’apprécier la musique de ce tandem de producteurs qui font partie de ceux qui tiennent la baraque.

Run-Down marque les enceintes de son groove caractéristique auquel on restera sensible durant la totalité des titres. C’est le moins que l’on puisse attendre d’un album techno de nos jours et avouons que c’est déjà une très bonne base. Fait étonnant, le duo revendique ses origines hip-hop, punk et métal. Ce background paradoxal ne les empêche pas de maîtriser les machines et débiter d’excellents titres comme la tek-funk bancale de Anything Be Said, confuse mais qui excite les sens, ou la house magique de Unrest. Sans forcément déceler de cohérence évidente ni d’histoire à raconter, Sand Hills enchaîne pourtant les bonnes galettes et il y a de quoi hésiter… Merde, quel track vais-je choisir pour ce soir ? Sense Of Self avec ses déhanchements funky et sa ligne de basse dodue ? La mélodie enfumée de Instead Of Multiple ? Les influences gypsies de l’irrésistible Few Mornings ? Trop dur… Allez, on met les titres dans un chapeau et j’exige une main innocente pour piocher.

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising