Interview : Charles Siegling aka Technasia

Interview : Charles Siegling aka Technasia

Charles Siegling aka Technasia

Quand l’on voit le nom Technasia, le premier nom qui nous passe par la tête est celui de Charles Siegling, moitié de ce duo de choc qu’il mène avec Amil Khan. Tous les week-end Charles nous fait rêver et heureusement pour nous, ses apparitions dans notre pays sont nombreuses! Theclubbing.com a eu la chance de le rencontrer, pour notre plus grand plaisir!

Theclubbing.com: Bonjour Charles ! Peux-tu nous parler de ta manière d’être parvenu à être DJ?
Charles Siegling: Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu travailler dans la musique. Mes parents m’ont acheté mon premier synthé quand j’avais huit ans. A partir de là, les choses se sont enchainés naturellement. J’ai bidouillé de nombreuses années sur toutes les machines que je pouvais acheter ou emprunter. A la fin des années 80, la House (l’Originale !!! celle des Smileys) est arrivée. A l’époque j’étais encore au lycée et j’ai tout de suite accroché. Puis en 96, j’en rencontré Amil (mon partenaire dans Technasia) et on a tout de suite décider de faire quelque chose ensemble dans la musique. J’ai commencé à l’époque a toucher un peu aux platines, à jouer ici et là. Puis, du fait du succès de nos productions, les bookings ont considérablement augmentés, jusqu’à il y a trois ans où j’ai décidé que le djing deviendrait une de mes activités principales.

Theclubbing.com: Pourquoi travailles-tu avec deux noms de scène?
Charles Siegling: En fait, je travaille toujours sous le nom Technasia, d’autant plus qu’Amil n’a plus trop le temps de mixer ces jours-ci. Mais certains organisateurs préfèrent mettre également mon vrai nom sur les flyers. Je n’ai jamais vraiment poussé le nom Charles Siegling, d’autant qu’il existe un DJ house avec un nom très similaire (Charles Schillings). De toute façon, 99% des gens me connaissent sous le nom Technasia.

Charles Siegling aka TechnasiaTheclubbing.com: Tu possèdes avec Amil Khan deux autres labels, lesquelles et quel est leur genre musical?
Charles Siegling: Sino est un label que l’on a créé pour pouvoir sortir les productions des gens qu’on aime et qu’on respecte, comme Steve Rachmad, John Tejada, John Thomas ou Renato Cohen. L’intérêt du public et des médias pour Technasia nous permet également de donner à ces artistes une plateforme supplémentaire pour leur carrière. Quant à Startracks, c’est quelque chose sans prétention, malgré l’ampleur que ça a pris. C’était à l’origine une multitude de DJ tools que j’avais faites à mes heures perdues. On s’est dit que ce serait pas mal de les avoir sur vinyle. Finalement, on a eu de très bon retour sur les trois maxis Startracks déjà sortis.

Theclubbing.com: Peux-tu nous parler de ta discographie?
Charles Siegling: Ma discographie se limite essentiellement à toutes les productions faîtes sous le nom Technasia, hormis les sorties Startracks comme je l’ai expliqué précèdemment. Je n’ai pas vraiment envie de faire des « Charles Siegling Remix » ou d’autres projets de ce type pour le moment. La liberté artistique que j’ai acquise avec Technasia me suffit amplement.

Theclubbing.com: Ton dernier CD, Recreations, est sorti il y a peu, comment y as-tu travaillé pour le réaliser?
Charles Siegling: Avant Recreations, on n’avait jamais demandé à un autre artiste de faire des remixes pour nous. On attendait vraiment le bon moment. A l’origine, Recreations devait juste être un maxi avec un remix de Claude Young et un remix de Technasia. Puis de fil en aiguille, on a demandé à d’autres amis de travailler sur ce projet. On est finalement arrivé a une bonne douzaine de remix. J’ai ensuite passé quelques jours à travailler sur le montage des différents morceaux sur le CD. On est vraiment content du résultat final et de l’accueil du public pour cet album.

Theclubbing.com: Sur Recreations on retrouve un grand mélange de style musical ainsi que beaucoup de remixes, est ce une façon de toucher plus de monde ou juste un besoin qui te touchait à coeur?
Charles Siegling: Avec Amil, notre politique artistique a toujours été de pouvoir donner au public une variété de style de musique électronique de qualité et de ne jamais se laisser enfermer dans une catégorie particulière. Pour ma part, j’écoute beaucoup de styles différents de musique. Quand j’achète un CD, j’ai envie d’être surpris. Un album rempli de boucles de 5 minutes, ça n’a vraiment aucun intérêt.

Theclubbing.com: As-tu déjà eu la chance de jouer auprès de Monika Kruse, Dave Clarke ou Stacey Pullen qui sont également résidents internationaux au Fuse?
Charles Siegling: Oui plusieurs fois. J’aime beaucoup Dave et Stacey, chacun avec leur style de djing propre. J’ai deux grands souvenir musicaux avec ces deux artistes. Pour Stacey, j’avais joué avec lui pour la première fois à Singapour pour le nouvel an, il y a deux ans. La soirée était sur une plage, il faisait 30 degrés, il y avait 6000 personnes, bref un super contexte. Stacey a joué de 5 à 8 heures. Avec le lever du soleil, c’était vraiment exceptionnel. Pour Dave, je crois que c’était ma première grande claque en voyant un DJ. C’était à une des première I Love Techno. Dave avait fait un set vraiment inoubliable, de la pure énergie. Ce jour-là, j’ai vraiment appris quelque chose sur la musique.

Charles Siegling aka TechnasiaTheclubbing.com: Tu voyages pas mal, beaucoup de clubs te veulent, quel est le pays où tu sens le mieux pour toi même, l’ambiance et pour ton inspiration?
Charles Siegling: La Belgique

Theclubbing.com: Quels sont les CD que l’on peut trouver chez toi à part la musique électronique?
Charles Siegling: Brian Eno, Depeche Mode, Coil, Coltrane, Curtis Mayfield, Coldplay, DJ Premier, etc.

Theclubbing.com: Quelles sont tes influences musicales?
Charles Siegling: Beaucoup de trucs new wave des années 80-90, de la musique industrielle aussi, des trucs un peu plus electro-pop comme Depeche Mode ou Pet Shop Boys.

Theclubbing.com: Et ton club favori? Ne me répond pas le Fuse pour me faire plaisir…
Charles Siegling: Il y en a pas mal, chacun avec leur propre atmosphère. J’aime bien Nitsa à Barcelone, Air à Tokyo, Fabric à Londres, Le Quatre Sans à Bordeaux et le Fuse aussi ! (Rires)

Tags

About author: Law

Law

Founder of TheClubbing.com

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising