DK7 – Disarmed

DK7 – Disarmed

DK7 - Disarmed - Output

Après les singles The Difference et White Shadow, les DK7 (aka Jesper Dahlbäck et Mark O’Sullivan) s’attaquent avec brio au format album.

On ne présente plus le suédois Jesper Dahlbäck qui depuis quelques années est impliqué dans des succès comme Dahlbäck & Dahlbäck, avec son cousin John Dahlbäck, Dahlbäck & Krome avec Thomas Krome ou encore Air Frog et The Persuader. Il est aussi l’homme de l’ombre derrière les productions de Tiga dont l’annoncé premier album du DJ canadien à venir ainsi que deux de ses plus gros tubes, Burning Down et Pleasure from the Bass.

Mark O’Sullivan est quant à lui un irlandais exilé à Stockholm, en 1999 où il créé le label King Syndrome Sounds sur lequel il sort son projet The Mighty Quark qui lui vaut la reconnaissance internationale de la scène dub-downtempo.

Leur album, Disarmed, surprend car il est bien plus qu’un brulot dancefloor. Les deux hommes nous emmènent dans un univers où se rencontrent avec fracas la Pop synthétique, l’Acid dark psyché, la New Wave et l’EBM. Ce mélange unique n’est pas sans rappeler les mancuniens de New Order avec toutefois le côté hédoniste supplanté par la sombritude, planant sur tout ce disque. Pas étonnant de retrouver DK7 sur le label de Trevor Jackson, Output, pionnier de la scène Néo Rock plaçant les guitares au même niveau que les séquenceurs et boites à rythmes. Pour preuve, on retrouve sur ce LP le guitariste de Ride et Oasis, Andy Bell.

Quand on entend que le Rock et la Techno sont morts, on ne peut que sourire surtout à l’écoute de cet album fusion qui repousse encore un peu plus loin les limites de ces deux styles.

Tags

About author: PussySelektor

PussySelektor

Electronic music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising