Interview: Ben Sims

Interview: Ben Sims

Ben Sims

Ben Sims dans son agenda surchargé a réussi à nous intercaler pour une interview exceptionnelle. A lire sans modération.

TheClubbing.com: Qu’est ce qui se passe dans le monde de Ben Sims ces derniers temps?
Ben Sims: Je voyage beaucoup, j’ai beaucoup de soirées aussi. 2005 était vraiment bien chargé, c’était super mais je suis content que ça se termine maintenant; j’ai deux mois de vacances début 2006, je vais me reposer et rester chez moi. Je voyage déjà toute l’année alors je vais bien profiter.

TheClubbing.com: Comment est-ce que tu as commencé ta carrière? Qu’est-ce qui t’a décidé à devenir DJ?
Ben Sims: D’abord, c’était pour passer le temps et après, c’est devenu mon boulot. J’organisais toujours des soirées pour des amis et à un moment, c’était devenu tellement grand que je gagnais plus d’argent le week-end que pendant la semaine donc je me disais : on va essayer et on verra bien. Avant, j’ai travaillé comme facteur et également dans le business de distribution de musique pendant un petit moment.

TheClubbing.com: Qui t’a influencé musicalement?
Ben Sims: Plein de gens différents, en techno Derrick May, Jeff Mills, beaucoup de Detroit; je suis le style de DJ qui aime bien jouer un peu avec les sons et vraiment mettre toute mon énergie dedans, j’ai tendance à bien aimer des DJ qui mettent toute leur âme dans leur travail.

TheClubbing.com: On te mentionne en même temps que des autres grands DJ comme Carl Cox, Deetron, Oliver Ho: comment te sens-tu avec cette comparaison?
Ben Sims: C’est trop cool parce que pendant très longtemps, j’étais à l’extérieur de tout cela, je mixais à des petites soirées pendant que je sortais toujours en boîte. J’achetais encore mes propres vinyles alors maintenant, c’est bien cool d’être nommé parmi tout ceux qui ont déjà autant accompli dans leur carrière.

TheClubbing.com: Comment décrire ton style actuel?
Ben Sims: Pendant trop longtemps, j’ai joué de la tribal tech parce que je commençais à produire des morceaux, puis le label a un peu suivi sur ce style là. A ce moment là, peu de gens étaient dans la tribal alors je suppose que moi, j’étais un peu le champion et j’étais à fond dedans; maintenant, ça a un peu changé, j’aime toujours bien la tribal, mais en ce moment, je mixe un peu de tout et je m’amuse vachement mieux.

TheClubbing.com: Comment est-ce que Ben Sims voit son avenir maintenant qu’il y a beaucoup de DJ qui changent de style?
Ben Sims: Je ne sais pas encore, je suppose que je vais continuer à introduire ce qui m’intéresse dans mes sets et ma musique. A partir du moment où les gens veulent encore de moi, je serai là. Ces dernières années, beaucoup de DJ ont moins de bookings et c’est comme si on les oubliait un peu; heureusement, je suis toujours là. Certains ont changé leur style et font de la minimale parce que c’est ‘in’. Je ne pense pas que ça soit bien. J’ai déjà entendu dire que la club techno ou autre style, c’est le vieux son et qu’on doit tous évoluer. Quand j’ai commencé à mixer, c’était déjà vieux, le style que moi je mixe est fort influencé par la disco, early house et des albums funk; ça a toujours été rétrospectif pour moi, les sons, les vinyles et les DJ que j’écoutais en étant jeune font partie de mon style aujourd’hui. Suivre les tendances niveau musique ne m’intéresse pas. Tu dois avoir ta propre identité en tant que DJ. Beaucoup de gens oublient que cette histoire minimale, c’est comme la techno et loopy tech et tribal tech. C’est vieux mais quand j’ai commencé à jouer, c’était déjà vieux, moi j’ai été influencé par des vinyles disco et funk ; à la base, ça a toujours été quelque chose de rétrospectif pour moi, prendre quelque chose de vieux et le transformer en quelque chose de nouveau. Je n’essaie pas des nouveautés en fait, quand quelque chose de nouveau se présente, je ne saute pas directement dessus pour tout changer, ça ne vaut pas la peine pour moi, je fais ce que je fais.

TheClubbing.com: Qu’est-ce que tu penses de la Belgique, de notre scène techno et du Fuse?
Ben Sims: Le Fuse, c’est vraiment cool et je ne viens pas assez souvent, je trouve! J’aime vraiment bien ici et quand je viens les gens sont toujours réceptifs.

TheClubbing.com: Tu as sorti quand même beaucoup de morceaux, tu as de l’ambition pour faire des lives?
Ben Sims: Pas vraiment non, la plupart de la musique que je fais moi-même, c’est pour utiliser dans mes sets alors ce n’est pas vraiment intéressant de switcher sur un live maintenant; je dis pas jamais mais pour l’instant, ce n’est pas quelque chose que j’ai envie de faire.

TheClubbing.com: J’ai lu que tu as reçu tes premières platines à l’âge de 10 ans, après, tu as joué dans des boîtes after hours et quelques années plus tard, il y a eu la grande explosion acid house.
Ben Sims: Mon premier set en public, c’était à une soirée d’école en fait, ils m’ont payé £5! (rires)

TheClubbing.com: Tu as cinq labels, tu produis toi-même et tu es souvent en route; ce n’est pas un peu difficile de combiner tout ça? Comment est-ce que tu gères tout cela?
Ben Sims: Jusqu’à il y a quelques semaines, on avait quelqu’un au bureau qui s’occupait de tout cela, ce qu’elle faisait, c’était choisir de la musique que j’aime bien; avec la situation actuelle et dans la musique d’aujourd’hui, je vais devoir arrêter quelques labels parce que cinq labels à gérer, ce n’est vraiment plus possible.

TheClubbing.com: Tu as des chouettes anecdotes sur des fans qui ont fait des choses assez bizarres pour pouvoir te rencontrer?
Ben Sims: Pas vraiment, je rencontre des gens assez spéciaux de temps en temps, ça c’est vrai mais voici quelque chose de bien rigolo: je jouais en Espagne au Florida 135. J’étais occupé à mixer et une fille qui était juste devant moi jette son slip sur la table de mixage, mais vraiment juste dessus quoi, donc je l’ai bougé et à la fin, son copain vient près de moi et il demande que je rende le slip, j’ai dit: oui, mais viens le chercher toi-même parce que ce n’est pas moi qui vais toucher ça! (rires à nouveau)

TheClubbing.com: Tu as commencé à organiser des soirées retro-vert à Londres, tout se passait bien. Vas-tu encore en organiser?
Ben Sims: Oui et ça se passe très bien merci; on ne le fait pas assez souvent parce que c’est vraiment beaucoup de boulot.

TheClubbing.com: Tu es un ‘dieu’, un héros pour beaucoup de tes fans, il y a quelqu’un que tu admires à ce point-là?
Ben Sims: Ma plus grande influence, c’est Derrick May. Avant, c’est moi qui l’adorais et maintenant lui-même vient à mes soirées pour mixer. C’est génial, n’est-ce pas?

TheClubbing.com: Comment te sens-tu juste avant de commencer un set?
Ben Sims: Je veux juste commencer. En fait, je ne suis pas le DJ qui va arriver sur place quelques heures à l’avance et regarder les gens rentrer dans l’ambiance. Tu vois, j’arrive cinq minutes avant de commencer à mixer; quand je suis là trop longtemps à l’avance, je deviens anxieux. Je veux juste sortir de la voiture et commencer, c’est la meilleure façon pour moi.

TheClubbing.com: Tu préfères mixer dans les petits clubs ou dans des évènements plus grands?
Ben Sims: Ça dépend, j’aime bien les deux; dans une boîte, tu peux plutôt jouer avec les morceaux et mixer de plus de façons différentes. Lorsque c’est un grand festival par exemple, tu es censé passer les morceaux connus et un peu plus festifs mais j’aime bien mixer les deux. En été, je fais plutôt des festivals et puis vers la fin de l’été, j’ai vraiment envie de jouer en boîte à nouveau.

TheClubbing.com: Tu es un exemple pour beaucoup de gens, comment est-ce que tu gardes les pieds sur terre?
Ben Sims: Moi, je viens de la piste moi-même, alors je sais très bien ce que c’est pour vous les clubbers. Avant, j’étais de l’autre coté des platines, et une partie de moi est toujours là bas, je me vois toujours en tant que clubber, je me comporte toujours en tant que tel, j’achète encore des vinyles et je vais aller voir mes DJ préférés quand je sors alors je ne me considère pas comme étant au-dessus des autres gens. La plupart de mes amis n’aiment pas la techno, quand eux me voient, c’est plutôt: et alors t’as toujours pas ramené à boire?

TheClubbing.com: Tu as lancé le projet Roku avec Mark Broom, qu’est-ce qui se passe avec ça maintenant?
Ben Sims: C’est quelque chose qu’on avait fait pour le fun au départ. Puis on le faisait trop souvent, donc on a décidé de faire une pause et on verra pour la suite, je ne sais pas encore ce qu’on va faire, j’ai vu Mark la semaine passée et là, on avait dit qu’on n’allait plus le faire, peut-être que ça se fera encore une fois, on verra. On a commencé à parler des projets pour début 2006 mais je veux d’abord faire mon propre truc et après, on verra bien. Mark a son studio dans le même bâtiment que moi, alors c’est très facile d’aller là-bas et on essaie des trucs ensemble. Mais maintenant, j’aimerais faire ce que moi j’ai envie de faire.

TheClubbing.com: Ton site internet est hors ligne depuis plusieurs mois, qu’est-ce qui s’y passe et n’est-ce pas un désavantage niveau booking par exemple?
Ben Sims: Tout d’abord, ne demande jamais à tes amis de s’occuper de cela. Le site était en ligne pendant un an environ et puis le distributeur internet a effacé mon site parce qu’il y avait des free downloads dessus et ils n’aimaient pas ça. Alors, un de mes amis m’a dit qu’il allait s’en occuper. On est quatre ans plus tard et j’attends toujours… Normalement, le nouveau site sera en ligne vers la fin janvier 2006, si ce n’est pas arrangé pour ce moment-là, je vais demander de l’aide à quelqu’un d’autre. Mais ça ne pose aucun problème pour les booking vu que c’est mon agent qui s’occupe de cela.

TheClubbing.com: On te voit souvent avec Adam Beyer et Mark Broom sur les mêmes line up, c’est une coïncidence?
Ben Sims: En fait oui, j’essaie toujours de bien m’entendre avec les DJ et depuis qu’on a joué à quelques soirées ensemble, on apprend à se connaître mais la plupart du temps, on est sur les mêmes line up par hasard, oui.

TheClubbing.com: Pourquoi n’as-tu pas signé chez Drumcode?
Ben Sims: Je n’y ai jamais trop réfléchi, ça pourra peut-être arriver, on ne sait jamais.

TheClubbing.com: Tu te considères comme un DJ ou un producteur?
Ben Sims: DJ, sans doute, si je devais choisir entre les deux et devoir lâcher les productions, cela ne me ferait pas grand-chose, j’aime bien produire et ce que je fais pour le moment, c’est un peu de re- edit et je joue mon set, beaucoup de ce que j’ai joué ce soir venait d’un cd. Je préfère mixer.

Tags

About author: Neokix

Neokix

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising