Jamie Lidell – Jim

Jamie Lidell – Jim

Jamie Lidell - Jim - Warp Records

S’il continue à chanter de la sorte, Jamie Lidell ne va pas tarder à devenir noir. Noir comme Michaël Jackson, restons réalistes. Son album Multiply sorti en 2005, laissait une chance au public pas trop exigeant de faire connaître la structure Warp, sans être forcément représentatif des expériences en tous genres du label. Warp n’y croyait pas, mais cet album dilaté à l’air frais fut l’un de ses plus gros succès. Avec JIM, son image est définitivement cassée, celle du bidouilleur de samples, du créateur de funk expérimental, d’electronica ardue (notamment avec Cristian Vogel au sein de Super Collider) ou du protagoniste de ses concerts déjantés habillé en cosmonaute issu d’un film de science-fiction des années 50. Comme s’il avait avalé un biberon de Motown en poudre avec du lait chaud avant de s’exiler à Los Angeles pour l’enregistrement, l’anglo-berlinois offre l’un des albums les plus positifs de l’année, quelque soit ce qui sortira d’ici 2009.

Dans un style qui laisse peu de place à l’innovation, Jamie Lidell est pourtant un garçon extravagant, extraverti, extraordinaire… Extra-terrestre? Fort possible au vu de ses performances live inoubliables et représentatives du personnage. Et même s’il voulait dissimuler ses amours pour Prince ou James Brown, autant demander à Elvis Presley version finale de se cacher derrière un parcmètre. Epaulé par les excellents musiciens, et néanmoins potes et porteurs de bons conseils Mocky et Gonzales, Jamie Lidell utilise son pseudo Jim comme le reflet de ses idées telles qu’elles sont dans sa tête, qu’il enregistre sur son téléphone portable en marchant dans la rue. Quoi de mieux qu’Another Day pour tirer les lèvres vers le haut le matin pendant qu’un rayon de soleil vous aide à ouvrir les yeux?

Cette bonne humeur originelle se propage comme du lierre, que ça soit avec le pseudo-gospel Wait For Me, la soul lumineuse et délicieusement groovy de Out Of My System, le single complètement Funk A Little Bit Of Feel Good (au passage, se procurer d’urgence le maxi agrémenté de remixes de Mr Oizo et Senor Coconut), la pop discoïde de Figured Me Out qui éclabousse d’énergie, l’intrépide Hurricane et sa guitare furibonde, ou un flashback vers les origines accueillantes du Rhythm’n’blues via Where D’you Go…

Qui a dit que les blancs ne savaient pas chanter?

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising