Dirty Dancing 5th Birthday : Tous à Poil ! au Mirano Continental le 11 octobre 2008

Dirty Dancing 5th Birthday : Tous à Poil ! au Mirano Continental le 11 octobre 2008

Dirty Dancing 5th Birthday : Tous à Poil ! au Mirano Continental le 11 octobre 2008

Il y a 5 ans, déjà, deux petits mecs se rencontraient autour d’une croyance. Ils osaient espérer dur comme fer qu’il était possible de sortir le soir et d’aller danser tout en se secouant les méninges. Que Bruxelles méritait mieux que le son ‘dirty’ du top 50 que l’on trouvait partout ailleurs. De ce pari un peu dingue, à l’époque, naissait le Dirty Dancing.

Un lieu un peu fou où on allait faire venir une scène nationale et internationale. Un lieu qui allait oser faire ce que plus personne n’avait réalisé à Bruxelles depuis au moins une décennie. Un lieu qui voulait tenter d’être l’écho des nouvelles tendances. Un lieu transgenre, pas juste une discothèque…

Un lieu qui, sourire aux lèvres, présenterait un évènement différent chaque samedi. Un lieu qui ferait la part belle aux artistes. Un lieu qui leur donnerait la parole, sans orienter leur expression. Un lieu en mouvement perpétuel, à l’image de sa jeunesse. Un lieu où il fait bon vivre, où la tolérance et l’ouverture d’esprit seraient les maîtres mots. Un lieu instinctif, spontané et émotionnel. Un club, lieu de rencontres en tous genres. Un club ouvert vers les autres, où tout le monde se sentirait à l’aise. Un club où les garçons et les filles pourraient montrer ce qu’ils ont de plus beaux en eux… et danser, s’oublier, lever les bras au ciel et s’époumoner les neurones au paradis. Un club fantastique, innocent, naïf, novateur avec son état d’esprit, son vocabulaire, sa famille… Un club où l’amitié, le naturel, la communion, la liberté d’expression ne seraient pas un vain mot mais un don du ciel… de tous. Un club jamais établi, toujours à se remettre en question, à rester ouvert à la nouveauté et au talent.

Aujourd’hui, 5ans plus tard, je pense et j’espère que vous partagez avec nous le sentiment qu’ils sont réussis leur missions.

Dirty Birthday05: Tous à Poil!

Tous à poil! Je vois déjà la tête de certains qui se demandent quelle mouche les a piqués. Et qui se posent la question de ce qui peut bien se cacher derrière cette exclamation. Eh bien c’est simple, à l’entrée, ils vont vous demander de passer par le vestiaire et de vous déshabiller. Il n’y a pas très longtemps, un d’eux a passé la nuit dans un club au Brésil où tout le monde était nu. Et bien, savez quoi? Il en est revenu changé et persuadé qu’il ne vivrait jamais cela en Belgique. Et comme à Dirty, ils aiment les paris débiles, on s’est dit que la vie est trop courte pour ne pas expérimenter cela! Bon trêve de plaisanteries, on n’oserait pas toucher à ce que chacun a de plus intime, précieux, délicat: sa nudité. Car une chose est certaine, se déshabiller en public n’est pas chose aisée. C’est offrir ce que l’on a de caché et de plus secret. C’est aussi de cette manière que l’on peut décrire l’expression artistique. Un don de soi aux autres, dans ce que l’artiste a de plus intime. Car, si chaque artiste vit la genèse de son oeuvre de manière très personnelle, au moment de la donner aux autres, au moment de monter sur scène, il est beau, fragile, vulnérable. A cet instant, l’avis des autres, du public compte. C’est de la reconnaissance des autres que dépend la suite des évènements de sa création. Au moment où l’artiste se livre, il est à poil devant nous. Cette livraison de soi, cette donation et partage d’une œuvre est de ce qui nous est le plus cher à Dirty. C’est notre moteur depuis 5 ans.

Pour cette raison, ils ont demandé à plusieurs artistes qui ont fait l’histoire du Dirty de venir livrer une partie de leur création. Pour les yeux, vous retrouverez les essais de Arnaud Kool, Byram, Christopher Coppers, Creamy Caro, Esther Wauters, François Coorens, Hero, Legoman, Link Leisure, Luis Arenas aka La Frite Touch, Seb B aka Truc. Pour les oreilles, les jambes, les pieds, les cris et les bras en l’air, c’est toute la famille Dirty qui va se mettre derrière les manettes et partir en battle! Jusqu’à 2h du mat, c’est les djs du Café qui ouvriront les festivités dans la grande salle, avant de rejoindre leur lieu de festivités favoris. Et à partir de 2h du mat, Compuphonic, Cook-E & Matik, Cosy Mozzy, Jean Montevideo, Mandrak, de retour du Mexique spécialement pour l’occasion, Starski & Tonic et Stephen vont se livrer à un exercice inédit; à savoir se battre pour jouer chacun à leur tour une, voir 2 plaques avant de laisser la place à un autre, et ce non stop jusqu’à la fermeture. Connaissant bien les lascars, je ne peux vous donner qu’un conseil, dormez bien la veille car, quand ils s’y mettent, et pour la première fois tous ensemble, ça déchire grave! Et comme la température va monter, habillez-vous léger… A poil, puisqu’on vous le dit !

Dirty Dancing (hi)story

Persuadés que l’activité nocturne fait partie de la vie culturelle d’une ville, Renaud Deru et Lorenzo Serra nourrissent depuis le début l’ambition de faire du Dirty Dancing la référence nocturne bruxelloise en tant que plateforme d’expression des nouvelles tendances.

Ayant élu domicile dans la salle mythique du Mirano Continental, le Dirty Dancing est depuis fin septembre 2003, le label porteur des soirées bruxelloises des plus en vue. Aujourd’hui considéré comme un des clubs incontournable belge, l’endroit est reconnu au-delà des frontières pour la qualité de sa programmation mais aussi pour son état d’esprit barré et festif. Musicalement éclectique et intemporel, le Dirty Dancing s’est positionné à Bruxelles comme l’endroit le plus ouvert d’esprit artistiquement parlant… Ni trop pointu ni trop commercial, voilà la recette… Et le public s’en est suivi naturellement: les très branchés côtoient les « plus classiques » sans aucune distinction et pour le plus grand des amusement! La musique y tient une place prépondérante mais toute autre forme d’art doit pouvoir s’y exprimer. S’y déroulent: défilés, vernissages d’artistes contemporains, concerts, lancement d’albums, de compilations, de DVD,…

Une des programmations les plus qualitatives de Bruxelles…

Les artistes (inter)nationaux suivants s’y sont déjà produits en live ou en dj set : Laurent Garnier, Felix Da Housecat, DJ Hell, Tiga, Tiefschwarz, Booka Shade, Stephan Bodzin, Carl Craig, Yvan Smagghe, Justice, 2 Many Dj’s, Pedro Winter, Birdy Nam Nam, François Kevorkian, Joakim, Matthew Herbert, Erol Alkan, Kiki, LCD Soundsystem, Ewan Pearson, Jesper Dahlback, Alden Tyrell, Optimo, Daniel Wang, Riton, Chromeo, Claude Von Stroke, Justus Koencke, Zootwoman, Ladytron, Lindstrom & Prins Thomas, Mylo, Vive La Fête, Mud Flow, Piano Club, Montevideo, Sasse, Ada, Slam, Simon Says, Idjut Boys, Mia, Sascha Funke, Paul Kalkbrenner, Swayzak, Kiki & Silversurfer, Headman, DK7, Luomo, Bangkok Impact, Putsch 79, Serge Santiago, Chicken Lips, Modeselektor, Franck from Colette, Maximilian Skiba, DJ Kaos aka Terranova, John Dasilva, Florian Keller, Abe Duque, Aswefall, Detroit Grand Puhbas, Nathan Fake, Steve Bug, Brooks, DJ TLR, Lucy Martin & Norma Jean Wright from CHIC, Kerri Chandler, Farley Jackmaster Funk, Marshall Jefferson, Padded Cell, Tekel, Thomas Di Matteo, Dirt Crew, Spirit Catcher, Common Factor, Rex The Dog, The MFA, Damian Lazarus, Pete Herbert, Luke Vibert, Ignition, Dusty Kid, Ed Dmx, John Power, DJ Food, TTC, Mu, Captain Comatose, Queen of Japan, Graum, DJ Naughty, Adamski aka Adam Sky, Freaks aka Justin Harris, Adriano Canzian, Cosmo, Monk-A,Sex In Dallas, Nouvelle Vague, P.O., Romain Foreplay, Cosmo Vitelli, Jennifer, Chloé, Alex Kid, Gilb’R, Maurice Fulton, Lady Miss Kier from Deee-Lite, Pedro Winter, Lifelike & Kris Menace, Richard Thair aka Red Snapper, The Glimmers, Heavy Metal DJ’s, Etienne Daho, Fany from Le Pulp, Lullabies, D-i-r-t-y Soundsystem, Tim Sweeney, Morpheus, Clément Daphonics, Goose, The Subs, Foxylane, Minerale, Asstrolab, Soultronik, La Frite Touch vs ElvisDePute, Le Canard, La Belette & leur Mac, Geoffroy aka Mugwump, Murvin Jay, Dirk Eskimo, Soldout, Superlux, The Spankers, Sweatshop, Polyester, Javelo, Lady Jane, Ménage à Deux, L-Fêtes, The Goodfellas, Dr Lektroluv, Mademoiselle Jean, Speedball Jr, Kris Dane, Les Putafranges, Smos & Baby B, Hermanos Inglesos, The Crescendolls, Lorenzo Ottati, Rick Shiver, Rob & Zoopsie, Prince Off, Namissy, S-Venus, Olivier Monssens, Vincent Cayeux, Spacid, Régis, Crisp, Hugo Le Bô, Fuckit, Timax, Sublime Breakz, C-Bullon, Nemio, Oliver Twist, Mr Suave, Chewing Circus aka Balthazar & Frederic Donche, Duquesnoy, Bernard Dobbeleer, Buzz, Cyclob, Denis Urban Groove, Jim, Elastix, Les Inséparables, etc.

+ The Resident deejays: Cosy Mozzy, Stephen, Compuphonic, Starski & Tonic, Cook-E & Matik, Mickey, Lukas Master Mooks, Rick Shiver, L-Fêtes, Namissy,…

+ Les Stylistes et/ou boutiques de mode suivants : Amandine Labidoire, Anthony Vaccarello, Bernard Gavilan, Cathy Pill, Dressing Right, Idiz Bogam, Jonathan Bernard, Mademoiselle Jean, Mr-Ego, Shampoo & Conditionner,…

+ les artistes plastics suivants : Arnaud Kool, Byram, Bubu, Christopher Coppers, Creamy Caro, Esther Wauters, François Coorens, Gon,…

Tags

About author: Madmick

Madmick

Electronic music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising