Laurent Garnier – Tales of a Kleptomaniac

Laurent Garnier – Tales of a Kleptomaniac

Laurent Garnier - Tales of a Kleptomaniac - [PIAS] Recordings

Le parrain. Le tonton. Le daron. El Maestro! Ouais, il est de retour et à vrai dire on a du mal à cacher notre enthousiasme en déchirant violemment le blister du nouveau Laurent Garnier. C’est son cinquième album studio -hors best of, DJ sets, live- et beaucoup disent déjà qu’il s’agit là du meilleur album de sa carrière. Il était déjà arrivé au sommet de sa maturité avec The Cloud-Making Machine un disque complètement inattendu, tout sauf techno, mais il était temps de se faire plaisir en mettant sa vision panoramique de la musique, comme s’il regardait dans un entonnoir à l’envers, au service de ses productions, à l’image de ses DJ sets éclectiques, ou un morceau de Rolando peut précéder Nirvana, avant qu’Agoria ne se prenne la tête avec les Bérus. Avec Tales of a Kleptomaniac, il nous aide à manger varié et équilibré en mélangeant les genres avec audace, aidés par ses musiciens comme Phille ‘Man With The Red Face’ Nadaud dont le souffle et le saxophone ne le quittent plus.

No Musik, No Life est un morceau très épais aux accents grime, qui paraît sortir des enceintes d’un ghetto-blaster pour orchestrer un battle de breakdance. Freeverse part.1 est la représentation du hip-hop français de l’album, dans le genre deep avec le marseillais MicFlow, au flux de paroles d’abord anodin, puis qui s’intègre à l’instru épique extrêmement fraîche, comme la part.2, encore plus puissante. Le single Gnanmankoudji, qui a la particularité d’avoir évolué à force d’être joué par Laurent, fait entrer en collision tout ce qui nous fait bouger, un esprit tribal qui rythme 9 minutes de hardgroove percussif et jazzy. La longue intro de Last Dance @ Yellow rend fou, avant de monter en intensité pour atteindre une apogée aérienne aux battements complexes tout en retenue. Desirless est forgé dans la plus pure tradition Garnier. Une ligne de basse sombre, une mélodie qui n’en finit pas de monter, et un beat aussi reconnaissable qu’un éléphant dans une meute de loups. Le mystique et très cinématique Pay TV déroule sa mélodie jusqu’à l’orgasme et illustrerait presque un film de cul avec des mort-vivants. Il met enfin en pratique son amour pour la drum’n bass avec Bourre Pif, qui fera plaisir à son pote DJ Marky en lui montrant qu’il a tout compris pour terrasser un parterre de junglists. Le dub exagérément profond de Food for Thoughts, nourrit une collaboration avec le géant Winston McAnuff, et ce conte se termine sur un espèce d’ambient vaudou avec From Deep Within…

Comme si on n’en avait pas eu assez, un contenu Open Disc est offert, avec des photos, une interview, des clips et surtout 55 minutes de travaux réalisés pour des ballets contemporains. Un contenu plutôt expérimental et des ambiances inédites qui reflètent malgré tout la patte de Garnier, comme sur les battements sales de Le Métal et la Mer, les orgasmes electronica de Visage à la Lèvre ou le pseudo hardcore Déstructuration du Réel, le tout noyé dans des nappes ambient… Un nouveau lingot dans la carrière du pionnier!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising