Birdpen – On/Off/Safety/Danger

Birdpen – On/Off/Safety/Danger

Birdpen – On/Off/Safety/Danger - Les Oreilles Bleues

Qui n’aime pas le groupe Archive ? De manière générale, il n’est pas rare de trouver au moins un de leurs albums dans la discothèque d’un passionné de musique toutes catégories confondues, mais l’impression reste souvent la même : « j’adore, mais ça me fait bader ». Voici peut être une version plus joyeuse de cet espèce de rock épique dont le feeling attire aussi bien les connaisseurs de pop que de musique électronique pointue. Le point commun avec le groupe sus-nommé, c’est les deux gars Mike Bird et Dave Pen, qui ont participé à l’album Lights et au Live at the Zenith. Le groupe a en effet repéré leur charisme, en compagnie de James Livingston Seagull, sur trois maxis sortis en 2006 et une tournée européenne qui a révélé leur potentiel scénique. Il s’agit donc de ce premier album du trio mené par Dave, désormais chanteur officiel d’Archive (même s’ils changent presque à chaque album).

Un oiseau sur une antenne électrique, forcément ça brouille. Ici, ça change plutôt notre perception de la pop, conventionnelle ou non. Ces trois musiciens, influencés par John Carpenter et Bill Hicks proposent ensemble depuis 2004 des chansons pop-rock à la personnalité difficile à ébranler. Grosso modo, c’est du Archive en moins noir, comme si vous allumiez un feu dans une grotte. C’est tout aussi beau, juste un peu moins agréablement déprimant. Cette naturelle comparaison ne s’arrête pas là : la voix plaintive de Dave propre aux ambiances du groupe anglais se fond dans une mouvance rock plutôt joyeuse et soutenue, et on croit apercevoir le spectre de l’anthem Again sur le superbe The Ghost Bird. La ligne de basse new wave de Off se confond dans un style rock‘n blues qui met un petit coup de baguette magique à l’originalité de l’album. Machines Live Like Ordinary People semble être une évidence. Le chant est confiant et s’apparente par moments à celui de Thom Yorke, par cette voix tremblotante aux émotions communicatives. Les morceaux présentent souvent le même schéma : un départ rythmé par une batterie bien en forme, un passage vocal émotionnel avant de terminer sur une explosion de guitares ascensionnelles, un peu à la manière de Sigur Ròs et Explosions in the Sky. C’est le cas de morceaux comme Admiral Red ou Slow qui laisseront des traces bien profondes sur les sols des festivals cet été.

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising