Brain Damage – Short Cuts Live

Brain Damage – Short Cuts Live

Brain Damage - Short Cuts Live - Jarring Effects

Home Sweet Home! Les Brain Damage s’enregistrent à domicile pour donner un aperçu de leur tournée qui suit leur dernier opus en date. Il y a un an et demi sortait Short Cuts, un disque qui consolidait leur réputation d’expérimentateurs et donnait de nouveaux espoirs au dub en faisant voyager ses auditeurs par l’intermédiaire d’intervenants vocaux rencontrés en Pologne, en Bosnie, au Maroc, ou à Sarajevo, avec par exemple cette petite fillette de 6 ans nommée Lamija qui signait les 3 meilleurs morceaux de ces 24 raccourcis sonores pluriculturels. Bien présents dans les années 90 derrière High Tone ou Zenzile, Martin Nathan et Raphaël Talis sont toujours restés en marge du dub roots au sens propre, et ce live enregistré au Fil de Saint Etienne le 27 mai 2009 le rappelle à travers 11 titres issus non seulement de Short Cuts mais aussi de leurs 4 autres albums.

Les langages servent d’essieux aux chansons, à commencer par Children of Palakkad, un dub lent mais relativement puissant et mélancolique. Derrière la ballade ethnique Mundhu, on sent que Brain Damage détient le potentiel pour faire tourner ce concert au chaos. D’une piste à l’autre, le ton monte crescendo à vue de nez, notamment à partir de la ligne de basse agressive de Fenêtres. On aurait pu penser qu’une heure de Brain Damage, c’est chiant à supporter, mais dès la cinquième piste Mistaken Identity, le live double d’intérêt et devient carrément dancefloor! L’homme derrière les machines se lâche notamment sur Sterile (part2) en gonflant par différents traitements ces infrabasses et ce tempo techno au côté dark renforcé par le slam du charismatique Black Sifichi, un habitué du milieu. Chanté en japonais, Under the Ground ne tarde pas à nous aspirer dans un siphon hardcore, comme les instruments traditionnels qui se battent sur les 10 minutes de Mi Nismo Voda, bien étendu par rapport à la version originale. On aurait sans doute eu un peu de mal à supporter une autre demi-heure aussi tapageuse, mais avec juste assez de micros d’ambiance pour retranscrire l’atmosphère qui régnait dans cette salle blindée, on revient à quelque chose de plus relax sur le trio de fin, avec notamment les deux classiques Genetic Weapon et surtout Brain Booster qui a fait sensation à l’époque du dub digital. De quoi lancer une corde entre Short Cuts et leur prochaine sortie à paraître début 2010!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising