Lightning Dust – Infinite Light

Lightning Dust – Infinite Light

Lightning Dust - Infinite Light - Jagjaguwar

Quand deux membres du groupe Black Mountain s’échappent par une trappe dérobée, ça donne Lightning Dust, un duo folk dont la musique caresse la joue aussi délicatement que leur nom. Joshua Wells et Amber Webber forment un couple sonore complémentaire, les arrangements pop brillants de l’un et la voix gracieuse de l’autre se rejoignent sur ce second album, après un premier essai éponyme un peu minimal en son genre. Plus lyrique et mieux produit, Infinite Light cache une identité mélodramatique qui donne dangereusement envie de tomber dans une déprime volontaire pour pouvoir l’écouter à sa juste valeur.

On ne sait pas qui est Antonia Jane, toujours est il qu’elle semble procurer une certaine inspiration à Amber qui fait trembler sa voix de gamine à la manière d’une soeur Coco Rosie, style sympathique mais qui pourrait être lassant sur un album complet. On est vite rassuré puisqu’elle réitère l’exercice I Knew devant une instru beaucoup plus noisy avant de nous refiler le cafard avec le délicieusement mélancolique Dreamer, pour mieux rebondir avec un The Times tribal et enjoué! Lightning Dust ne quitte jamais son identité vocale et émotionnelle mais se permet des sauts instrumentaux d’un track à l’autre. Ainsi, sans forcément prendre de claque musicale, on se laisse bercer par le folk fédérateur de feu de camp History, la ballade maritime Waiting On The Sun To Rise, la pop presque bad girl de Wondering What Everyone Knows, ou Take It Home qui fait remonter des souvenirs de Portishead à la surface! Joli…

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising