Funki Porcini – On

Funki Porcini – On

Funki Porcini - On - Ninja Tune

Funki Porcini fait partie des ninjas qui ont lancé les premiers shurikens sonores du label. Après 8 ans d’absence, On est son cinquième album et Funki Porcini reste fidèle à Ninja Tune et à ses délires étrangement jazzy. Pionnier du courant trip-hop/downtempo et utlisateur de samples de la première heure, James Braddell est une source d’inspiration plutôt qu’un gars qui s’inspire du son des autres. Dommage qu’après une si longue attente Funki Porcini n’apporte pas le renouveau downtempo attendu, malgré des expérimentations intéressantes.

L’introduction Moog River pourrait servir de morceau d’éveil pour un nouveau-né avec une voix-off qui dirait un truc du genre « Bienvenue au Monde mon enfant, on va te faire aimer l’an 2000! ». A contrario, This Ain’t The Way To Live est plutôt dark et linéaire. On ne voit pas toujours où il veut en venir, comme sur le paresseux Undermud, difficile à cerner. Egalement connu sous le pseudo 9lazy9, il continue de tâtonner dans un style certes difficile à révolutionner, avec le piano épileptique de Belisha Beacon, son broken beat à la Jazzanova qui évolue dans une ambiance cinématographique en noir et blanc. On a d’abord l’impression d’écouter une BO pour un documentaire animalier, mais les cliquetis et les échos synthétiques On An Inconsequential Afternoon le rendent plutôt curieux et attachant. Parfois, il perd le contrôle de ses membres, comme sur le jazzy et organique Bright Little Things ponctué par un espèce de solo (improvisé?) de clavier spatial, ou The Magic Hands Of Fernando Del Rey, hommage au vibraphoniste Lionel Hampton, mélodie clownesque et confuse qui part en sucette avant de reprendre son cours.

Bref, de quoi se relaxer un moment sans pour autant mettre ce disque sur un piédestal.

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising