Uffie – Sex Dreams and Denim Jeans

Uffie – Sex Dreams and Denim Jeans

Uffie - Sex Dreams and Denim Jeans - Ed Banger Records

Pedro Winter a eu le nez fin. En pariant sur cette blondinette capable de faire de l’ombre à Lady Gaga dans un club, le boss de Ed Bangers a largement récupéré sa mise et tire tous les bénéfices (musicalement parlant) de ce jeune talent encore en train de mûrir malgré la côte déjà atteinte auprès du public. Découverte par Feadz il y a 6 ans, Uffie n’avait à l’origine rien d’une chanteuse pop ou d’une rappeuse, mais le DJ français a bien flairé un potentiel chez cette jeune fille dynamique de 22 ans qui s’est ensuite fait les griffes sur scène et à travers plusieurs singles qui ont fait exploser le compteur des hits sur Myspace. Avec ce premier album, elle apporte définitivement son soleil de Floride chez Ed Bangers, et devient la Reine de la ruche Ed Bangers, ce monde de chevelus pour qui les machines n’ont plus de secret.

Au delà du contexte du label, le buzz s’est étendu à l’international et Uffie est sur les bon rails pour devenir l’icône de l’année 2010. Pour chanter sa vie, ses expériences, ses remises en question, sa transition ado/femme, ses anecdotes de soirées ou ses critiques de la société, elle s’entoure de producteurs confirmés et capables de mettre du piquant dans ses chansons par la force de leurs idées. La collaboration avec Feadz a commencé sur Pop The Glock, l’interrupteur qui a lancé la machine et qui ouvre logiquement cet album, un breakbeat gentillet qui n’a rien perdu de son charme digital. Pourtant, pas de quoi faire autant de bruit médiatique. Uffie chante comme elle pense et son premier disque est un assemblage rap/pop/electro très homogène, mais pas indispensable pour autant. Il faut l’écouter, c’est sûr. Sur le dark et downtempo Art To Uff, produit par Mr Oizo, on aimerait qu’elle chante un peu plus en français, tant il est vrai qu’avec l’accent américain, c’est drôlement mignon. Sur son dernier single en date, ADD SUV, elle n’a pas froid aux yeux quant au choix du featuring puisque c’est Pharrell Williams qui l’accompagne dans ce rap tantôt sucré, tantôt sombre qui renforce l’association. L’album est loin d’être purement dancefloor, c’est un vrai disque avec des chansons, des émotions et des mélodies, comme la douce ballade Difficult produite par SebastiAn qui nous a habitué à plus bourrin, la délicieuse pop song First Love, à première vue conventionnelle, si ce n’est que Mr Oizo s’amuse à faire déraper sa voix et à bidouiller l’auto-tuneà sa sauce. Sur Sex Dreams And Denim Jeans, Uffie chante clairement faux, une attitude sans doute volontaire pour bien coller à cette instru de rock poussiéreux samplé de je ne sais où, qui a tout pour se retrouver sur la BO du prochain Kill Bill. MCs Can Kiss (single chroniqué dans ces pages) reste le meilleur morceau du disque, le plus ‘bad girl’ sans doute, rejoint par le jazzy Neuneu, Brand New Car et son instru syncopée signée Feadz, où Hong Kong Garden qui met Mirwais dans le coup et qui, après avoir produit Madonna, met sa techno naïve au service de cette gamine charismatique qui a malgré tout encore du chemin à parcourir pour ne pas devenir éphémère.

Uffie, pas seulement icône de Ed Bangers mais icône d’une génération!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising