Shlomi Aber – Chicago Days, Detroit Nights

Shlomi Aber – Chicago Days, Detroit Nights

Shlomi Aber - Chicago Days, Detroit Nights - Ovum Recordings

Shlomi Aber, après un premier album sorti en 2007 sur Renaissance, State Of No One, revient trois ans plus tard avec son nouveau LP Chicago Days, Detroit Nights, sans pour autant avoir oublié de nous abreuver régulièrement de bonnes vibes à travers son label Be As One Imprint ou ses différents EP. Nous avons encore tous en tête le Create Balance sorti sur R&S Records ou Namgo édité par sa propre structure. Bien que ses premières productions connues soient relativement « récentes », Shlomi Aber n’est pas un nouveau venu dans le paysage électronique. En effet, dans son pays, l’Israël, il peut même être considéré comme un des pionniers de la Techno avec plus de douze années de production et de deejaying derrière lui. Cet artiste aux influences aussi multiples que le Jazz, le Funk, la Minimal, l’Acid, la Techno oldschool de Détroit, la House de Chicago, résume relativement bien ce que doit être un bon titre : (…) il doit juste toucher votre esprit, votre corps et votre âme en même temps. C’est ça que j’appelle un bon morceau.. Avec cette philosophie, il est aisé de comprendre pourquoi cet artiste nous produit autant de titres playlistés et chartés un peu partout et manie aussi bien la production du registre House, Tech House ou Techno ainsi que les titres plus acidulés.

Comme le titre de l’album le laisse deviner, Shlomi Aber plonge dans l’univers captivant de la musique électronique à l’américaine, celle qui a bercé les oreilles des plus âgés d’entre nous pendant leur adolescence. Alliant les forces de la House de Chicago à la puissance de la Techno de Détroit, Shlomi Aber nous libre un album synthétique de ses aspirations et de ses attentes, une sorte de voyage intime dans son psyché. L’album dix titres ne contient cependant pas que des inédits puisque nous pouvons y retrouver quelques-uns des derniers hits de l’artiste tels que Groove Mechanism, Sketches (en collaboration avec Kenny Larkin), Create Balance ou encore Slow Dancer dans lequel nous ne manquons pas de retrouver le gimmick de Pjanoo d’Eric Prydz. Le LP s’ouvre sur le titre Taped And Gorgeous qui nous plonge immédiatement dans son univers avec un titre dynamique et au vocal parlé convenant finalement très bien à un titre introductif. S’enchaîne le plus dynamique Tap Order qui fait monter quelque peu plus la pression et se rapproche déjà plus du registre Techno mais en conservant ses percussions beaucoup plus funky qu’on pourrait croire sorti d’un record des Funk Brothers, sans oublier la présence, là aussi, d’un petit gimmick bien accrocheur. New York Dreamer pour sa part, redescend légèrement le rythme après le très Techno Groove Mechanism. Cette plage a l’introduction plus mélodique et au retour du vocal parlé permet de se relâcher quelque peu avant les très efficaces Slow Dancer et Sketches. Avec Black Funk Hi, il nous remmène dans son univers d’inspiration Funk mais avec un titre Techno et aux BPM soutenus. Ce débordement d’énergie sera contre balancé par le plus calme Propaganda qui a une construction structurale minimalistique. Create Balance pour sa part nous ouvre magistralement la voie vers le dernier titre de l’album, qui à mes yeux, est un de ceux qui méritent le plus le détour, Basic Roots. Ce titre est l’union de ce que le continent américain a pu nous produire de mieux en musique électronique alliant la simplicité, l’efficacité, la musicalité et une certaine touche « Soul ». Ce retour aux sources, à la base, est une bouffée de fraîcheur salutaire qui transforme ce bon album en album à acquérir.

Tags

About author: Sultan El Turrah

Sultan El Turrah

Founder and owner of TheClubbing.com / Document electronic music since 1999.

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising