Interview: Angel Molina & Scan X

Interview: Angel Molina & Scan X

Scan X

2004, Lille est l’espace d’un an la capitale européenne de la culture. Dans ce cadre, l’association ARTPOINTM organise une fois par mois durant quatre jours des soirées d’exception qui permettent au nord de la France de s’inscrire enfin sur la carte européenne du clubbing! Matthew Herbert et Angel Molina étaient les têtes d’affiche de ce premier week end. Le DJ catalan et un invité surprise nous ont accordé une partie de leur temps pour une interview.

TheClubbing.com: Angel, débutons avec ton actu, parlons un peu de Pasada Profesional ton mix sorti sur FragilDiscos qui est très différent de tes célébres Wax Sessions Vol. 1 et 2 et aussi du set que tu as délivré ce soir à Lille?
Angel Molina: « Pasada Profesional » est un mix beaucoup plus calme et serein c’est sûr! Tout vient de mes relations avec le label argentin FragilDiscos, musicalement et humainement nous sommes très proches. Cela fait cinq-six ans que je suis booké par le même promoteur en argentine et ce n’est autre que le boss de ce label. On s’entend très bien, il voulait faire une compilation et comme je connais les artistes qui font partie de cette structure et leurs disques, j’ai accepté de l’aider. Cependant on ne peut pas dire que c’est un mix au sens propre du terme, il y a tout un travail de production derrière car j’ai remixé une bonne partie des tracks. Je suis assez content du résultat et oui c’est calme car le label est ainsi, tourné vers le downtempo et la musique minimale. Certains de leurs maxis sont tout de même industriels, leur musique est très européenne alors qu’ils sont de Buenos Aires, ce qui est assez bizarre par rapport au reste de l’Amérique du Sud.

TheClubbing.com: Les artistes électroniques ont toujours des étoiles plein les yeux quand ils parlent de leurs voyages sur ce continent. Apparement l’accueil y est très chaleureux et les soirées assez dingues, notamment au Brésil…
Angel Molina: Je confirme, le Brésil est un endroit où j’adore jouer! Les brésiliens sont à fond dans l’électronique, ils connaissent tout et sont totalement connectés à ce qui se passe en Europe. C’est hallucinant, ils connaissent vraiment tout, les dernières sorties, d’où elles viennent, les artistes, ils sont vraiment passionnés!

TheClubbing.com: Et le fait de compiler des artistes majoritairement de culture latine, ça ne te donne pas envie d’en promouvoir d’autres car c’est vrai qu’à part toi, on ne connaît pas beaucoup de DJ espagnols ou brésiliens?
Angel Molina: Je ne sais pas, vraiment, en plus en ce moment en Amérique du Sud, notamment en Argentine qui est toujours dans une crise très sérieuse, tout est au point mort, il n’y a plus d’argent, les labels sont en stand by complet et franchement je ne peux dire quel sera leur futur.

TheClubbing.com: Parlons également de ton label, Minifunk, en tant que boss comment le définis-tu?
Angel Molina: De même, on peut aussi parler de stand by pour Minifunk, les temps sont durs pour les labels latins! Pour en revenir au concept, il est très simple : GOOD DANCE MUSIC, aussi bien de la house que de la techno, tout simplement de la dance music!

TheClubbing.com: Ce soir des VJ officiaient à côté de toi, dans le public on a constaté que ce principe, d’allier images et sons en un même mix, est très apprécié. L’art se marie bien avec la musique électronique, le VJ sera peut-être bientôt essentiel pour la réussite d’une soirée?
Angel Molina: Oui, le principe est forcément bon mais pour être honnête avec toi lorsque je mixe je ne regarde pas du tout les images, par contre le travail réalisé par ARTPOINTM, que je connais depuis de nombreuses années, est vraiment très bon. Je les suis et je crois en eux, des gens comme Sabine (Présidente de l’association) et Thierry font partie de mes amis proches, des personnes avec qui tu as de bons et chaleureux contacts pendant presque dix ans il n’y en a pas beaucoup! La première fois que j’ai joué en France c’était déjà avec Artpointm (ndlr : le festival Les Innatendus à Maubeuge), vu leur habileté, je dis oui, les défilés, les expos et les initiatives comme ce soir sont indissociables de la musique.

TheClubbing.com: Dans son DVD The Exhibitionnist, Jeff Mills, très habile avec les concepts bien hards, pense que cette association images-Djing est maintenant nécessaire car les gens, après dix ans d’explosion électronique, en ont assez de venir voir juste un DJ, ils veulent encore plus et de la nouveauté, alors est-ce là une prochaine étape?
Angel Molina: Je ne sais pas, franchement je ne connais rien du futur. Jeff Mills est toujours assez pessimiste dans sa vision de la musique, on l’entend souvent dire qu’il n’y a pas de futur, que la scène s’autodétruit. Cette vision est typique de Chicago et de Detroit, très « ghetto », sans espoir.
Pour moi, le futur passera forcément par l’underground en réaction au côté massif de l’électronique en ce moment. Tout est très gros, trop gros, trop commercial! Forcément, les artistes et le public vont avoir envie de retrouver un semblant d’intimité. Justement des événements de petite taille vont permettre, je l’espère, de voir arriver de nouveaux noms et en finir avec les line-ups reprenant toujours les mêmes têtes d’affiche. Il y a trop peu d’opportunités pour de nouveaux visages, moi-même sur Barcelone je n’en connais pas. Une nouvelle scène excitante et neuve se fait attendre.

TheClubbing.com: Neuve comme le revival 80’s? Plus sérieusement, des noms émergent de cette scène, une majorité de merdes sortent mais il y a tout de même des productions qui détonnent, as-tu, l’espace d’une seconde, succombé à cette hype comme pas mal de monde?
Angel Molina: La musique des 80’s est forcément dans mon coeur, j’avais 15/16 ans en 1985 donc l’electro a eu un énorme impact sur moi. Cependant ce revival reprend souvent le pire des 80’s, tout le côté fashion et pas le côté « Do What you Want ». On entend partout des samples très connus, les artistes de cette époque ne copiaient pas, ils créaient! J’adore jouer du Depeche Mode, c’est un de mes groupes favoris, j’en jouais il y a encore cinq ans, les gens adoraient à coup sûr mais on ne parlait pas de revival!

TheClubbing.com: Attention ne me lance pas sur Depeche Mode, ça pourrait durer des heures, moi ça ne me dérange pas mais bon il est 5 heures du matin!
Angel Molina: Et bien allons y c’est parti, deux fans de Depeche Mode! Non, plus sérieusement, on voit beaucoup de DJ dans ce mouvement comme Tiga et je ne suis pas entièrement convaincu par ces derniers.

TheClubbing.com: Il y en a tout de même certains qui ne sont pas mauvais du tout, je pense en particulier à Ivan Smagghe dont les sets sont unanimement reconnus pour leur originalité et leur qualité technique, pour l’avoir vu, je confirme c’est terrible!
Angel Molina: Je le connais seulement de nom, j’en ai tout de même entendu parler en d’excellents termes par un ami du « Loft Electroclub » à Barcelone, le meilleur club d’Espagne, si j’en ai l’occasion j’irai définitivement l’écouter!

TheClubbing.com: On entend peu parler des clubs et de soirées en Espagne à part ceux de Barcelone comme le Loft, que tu as cité, ou bien sûr le festival Sonar dans lequel tu es fortement impliqué dans la programmation?
Angel Molina: Il y a tellement de choses à dire à propos à propos de Sonar, c’est un événement unique, il a mis l’Espagne sur la carte internationale de l’électronique. Cependant, le Sonar ne dure que trois malheureux jours par an et on parle de l’Espagne dans le milieu de l’électronique uniquement durant ces trois jours! Il n’y a pas que ça, réellement, mais le Sonar est parfait, il y a tant de choses à faire, à écouter et à découvrir, mon monde est là-bas! Le reste de l’année, l’Espagne bouge énormément, même en dehors de Barcelone qui est la ville la plus européenne, c’est dans notre coutume je te rappelle, la fête! Seule nuance, l’Espagne est en retard musicalement sur Barcelone!

TheClubbing.com: C’est aussi le cas pour Ibiza qui reste ancré dans des vieilleries house et progressive d’il y a trois ans!
Angel Molina: Oui mais Ibiza ce n’est pas l’Espagne, j’y ai joué deux-trois fois, c’est juste un espace ouvert trois à qutre mois de l’année où des fêtards de toutes les nationalités se pressent pour s’éclater pendant un temps limité. Ibiza ne peut pas vraiment être considérée comme faisant partie de la scène hispanique. Je respecte les gens qui s’y rendent mais la musique y est vraiment trop commerciale. Ibiza est parfaite d’Octobre à Mai, c’est très calme, les habitants sont hyper zens, c’est vraiment le paradis en dehors de l’été. Tout le côté fric qui y régne ne me correspond pas et 99% de la musique est mauvaise. Il y a tout de même quelques fêtes géniales heureusement, les Cocoon par exemple, mais cela n’a rien à voir avec la musique électronique espagnole.
Pour revenir à l’Espagne, la vraie, la tendance y est assez hard, hard-house et hard-techno. Les sets que j’y joue n’ont rien à voir avec celui de ce soir qui était très mixé et tourné vers le minimal. Le public espagnol n’aurait pas accroché, je pense, il aurait préféré la musique de Scan X!

Note : A ce moment, Scan X fait son apparition dans la pièce et sourit car Stef et moi l’avons déjà interviewé pour theclubbing.com, il y a quelques mois.

Scan X: Tu peux y aller avec eux ce sont des petits jeunes assez passionnés, leur site est vraiment pas mal!

TheClubbing.com: Angel, le monde est petit et TheClubbing.com est partout car on a interviewé Stephane, il y a quelques mois lorsque qu’il a fait son live au Fuse à Bruxelles
Scan X: Oui, c’était bien chaud comme nuit, j’étais avec Laurent Garnier et on a vraiment pris du bon temps, ils sont dingues là bas Angel!

TheClubbing.com: Tu as déjà joué au Fuse?
Angel Molina: Non, je n’y ai jamais mixé mais la deuxième fois où j’ai vu Laurent mixer c’était là bas, il y avait aussi Manu Le Malin, c’était il y a huit ou neuf ans, ça remonte à loin!

TheClubbing.com: Le Fuse va fêter ses 10 ans justement dans un mois avec une affiche du feu de Dieu!
Scan X: Vas y, annonce la couleur!

TheClubbing.com: Dave Clarke (live), Ricardo Villalobos, Jeff Mills, Monica Kruse, etc.
Angel Molina: Dave Clarke en live ça vaut le coup à mon avis!

TheClubbing.com: On l’a vu il y a deux semaines, toujours au Fuse et il nous a sorti le grand jeu, un set à majorité électro vraiment exceptionnel!
Scan X: J’ai joué avec lui il y a très peu de temps et franchement il est mortel, techniquement il n’y a rien à dire, c’est un monstre! A la fin de son set c’est hallucinant, pendant 5 minutes il n’y a plus de plaques sur les platine, il joue avec la partie sampler de la table de mixage, c’est vraiment grave!
Angel Molina: Je préfère, ce qui peut paraître étonnant, quand il joue électro, de même son dernier album Devil’s Advocate est pas mal mais je préfère Archive One.
Scan X: Je l’apprécie beaucoup mais son dernier album est un poil démago
Angel Molina: Oui, il n’a pas pris beaucoup de risques, il y a des morceaux électro, de la house avec les Chicks On Speed. Bon par contre il y a Bauhaus avec le morceau qui fait « She’s in parties » je crois, ça j’aime assez!
Scan X: Au niveau culture musicale, il est pas mal aussi Dave Clarke, il aime beaucoup des groupes obscurs, de la musique bien dark. Je me souviens une fois, dans ma voiture, je tombe sur lui à un Nova Mix à la radio sa sélection était super pointue, on ne pouvait même pas parler d’électro c’était encore plus ancien, vraiment les racines du dark. On sent qu’il prend son pied sur cette musique là!

TheClubbing.com: Pour anecdote, lors d’une soirée au Fuse, après un set techno de deux heures, un clubber lui demande quand il rejouera un set exclusivement électro, il s’est exécuté directement dans la Motion Room et a fait en trois heures une anthologie de l’électro! Un de mes amis, fin connaisseur, a même reconnu du Ultravox! C’est certainement la première fois que le rez de chaussée du Fuse était vide!
Scan X: Il y a des endroits comme ça dont il faut faire l’expérience, le Loft est également un très bon club avec une programmation et une ambiance délirante, il faut aussi que tu y ailles!

TheClubbing.com: Il y a souvent les artistes Goodlife qui y jouent je crois?
Angel Molina: Oui ils ont même résidents, The Hacker et Oxia, d’ailleurs vous avez écoutés le dernier Oxia? Il est bon?

TheClubbing.com: Franchement pas mal mais sans réelles surprises non plus…
Angel Molina: Son dernier maxi était très « Red Planet »!
Scan X: « 24 hrs » est vraiment très bien mais oui pas nouveau, il y a des tracks indeniablement bons dans plusieurs styles, électro, techno, house et c’est déjà pas mal!

TheClubbing.com: Angel, tu t’intéresses aux labels français?
Angel Molina: Oui bien sûr, il y en a comme Goodlife qui valent le coup, il y en a cependant beaucoup qui disparaissent, le constat est inquiétant. Mêmes des structures qu’on croyait à l’abri compte tenu de leur notoriété vont mal et risquent de mettre la clef sous la porte.
Scan X: On ne peut pas le nier, nous les premiers, les disques se vendent beaucoup moins, surtout cette année. Concrètement mon deuxième album s’est moins vendu que le premier. Ca n’a jamais été aisé d’être artiste techno, les ventes couvrent l’achat de matériel et quelques à côté. Imagine, ton album se vend bien, tu vas gagner peut-être 40 000 euros maximum, après il faut vivre avec pendant pas mal de temps et là je te parle du cas où ça fonctionne ce qui est loin d’être gagné! De plus, dans le milieu de la techno, on parle de ventes microscopiques, quand un maxi se vend à 1500 exemplaires c’est vraiment bien!
Angel Molina: Regarde le dernier Tiga, Burning Down, il s’est vendu à plus de 10 000 ex., je ne comprends pas!

TheClubbing.com: C’est simple, rotation lourde sur MTV!
Scan X: Il y a même des labels comme Prime qui disparaissent! Attends Prime c’est quand même Ben Long, Marco Carola et Ben Sims!

TheClubbing.com: Ce sont des ténors, c’est certain que vu comme ça c’est un peu sans espoir, non?
Scan X: On pourrait en parler pendant des heures, la solution est simple, il faut surprendre les gens! J’ai un respect infini pour des gens comme Ben sims ou Jeff Mills mais je sais déjà à quoi ressemblent leurs prochains maxis! A moins que je ne me trompe ce que j’espére de tout mon coeur! Tu n’es pas d’accord avec moi Angel? Je m’inclus aussi là dedans, le prochain Scan X sera certainement dans le même esprit, la même logique. Je me souviens lorsque j’avais 15 ans, je prenais les vinyles un par un et à chaque fois c’était une claque énorme!
Angel Molina: Aujourd’hui tu aurais plus tendance à dire « Ouais , pas mal .. »systématiquement lorsque tu écoutes des nouveautés. Il n’y a pas de disques sur lesquels tu t’arréteras en hurlant « C’est génial, encore! »

TheClubbing.com: Le dernier gros tube techno, Freak de LFO en est le meilleur exemple, c’est clairement une tuerie mais ce n’est pas nouveau du tout dans le son.
Scan X: LFO c’est différent, on est tous heureux de réentendre leurs bleeps!
Angel Molina: Dans le dernier album, Sheath, il y a beaucoup de morceaux très anciens, bien sûr il y a des news, Mark Bell l’a dit il a associé d’anciens materiaux avec de nouveaux.
Scan X: A un moment, et c’est là où c’était bon, les gens ont acheté de la musique électronique car c’était différent mais maintenant je ne suis plus sûr que la différence soit si frappante. Il y a 15 ans on se foutait de la gueule des rockers et aujourd’hui c’est à notre tour d’être dans cette phase de recyclage.

TheClubbing.com: Ce n’est pas dur de se dire ça en tant qu’artiste, c’est à toi de changer ça!
Scan X: Oui je sais … ça fait dix ans que je suis là et je sais aussi qu’il faut que mon prochain maxi soit complètement différent. Les choses ne doivent pas rester cloisonnées, Scan X peut faire autre chose que du Scan X, Angel Molina également, la musique est tout sauf une science exacte.

TheClubbing.com: Angel a bien sorti un mix downtempo!
Scan X: Oui, je l’ai écouté sur le net et franchement, Angel, j’ai apprécié, tout comme ton set ce soir!

TheClubbing.com: Et vous commandez sur l’incontournable Nuloop qui est partenaire de la soirée?
Scan X: Ce qui est bien avec ce site, c’est qu’il y a énormément de nouveautés chaque semaine, auparavant j’allais sur Groovetech mais maintenant par exemple quand on me demande une playlist je vais sur Nuloop pour me faire une session écoute mais je ne suis pas un DJ Hell, je fais des lives, pas du mix.
Angel Molina: Je préfère fouiner chez les disquaires mais parfois je n’ai pas le choix et je me sers également du net

TheClubbing.com: Et le téléchargement, en tant que musicien, vous en pensez quoi?
Scan X: Bon, ça m’arrive de temps en temps mais j’achète toujours en grosse quantité. Par contre, avec les logiciels pour composer, j’achète les originaux systématiquement, je ne me vois pas te dire de ne pas télécharger mon CD et utiliser pour le créer des programmes crackés!

TheClubbing.com: Et tu réagis comment au discours de patrons de maisons de disques qui avancent, souvent sans fondement, que télécharger tue la musique?
Scan X: C’est totalement faux!

TheClubbing.com: Merci, je voulais entendre cela de la bouche d’un artiste!
Scan X: Des études montrent clairement qu’il y a deux types de téléchargeurs. Tout d’abord, les personnes qui téléchargent mais qui de toute façon n’auraient pas acheté, ce sont par exemple des étudiants, des chômeurs et ensuite des personnes qui téléchargent à mort mais qui achètent toujours beaucoup. De même, les albums qu’ils téléchargent, ils ne les auraient de toute façon pas acheté! C’est trop facile de mettre sur le dos des téléchargeurs la crise du disque, c’est un bon moyen de ne pas s’avouer que les sorties sont chiantes à mourir!

TheClubbing.com: Ca, il faut l’expliquer à Pascal Négre, le PDG d’Universal
Scan X: Depuis qutre-cinq ans, les ventes de disques baissent, il y a cinq ans quand tu étais numéro 1 du top 50 cela équivalait à 3 millions de singles aujourd’hui c’est tombé a 1 million, le volume global a baissé. On fait partie d’une pyramide, Angel et moi on est plutôt en bas et celle ci est en train de s’écrouler. Un petit label qui vendait 3000 plaques pouvait subsister aujourd’hui avec 1000, c’est obligatoire il va disparaître. Il y a une chose qui est tout de même néfaste pour l’industrie du disque, c’est la copie privée genre quand tu arrives chez un pote, tu vois ses skeuds et tu lui dis « Ah tiens t’as le dernier … tu peux me le copier vite fait ». Avec ça la progression du disque est coupée plus rapidement, je l’ai constaté avec mon deuxième album. Heureusement tu as toujours les fans qui ne veulent rien d’autre que l’original.

TheClubbing.com: C’est un point de vue vraiment négatif que tu as, une nouvelle fois, no hope?
Scan X: C’est réaliste, c’est ma réalité en tant que musicien mais ce n’est pas sans espoir. La manière de consommer la musique a évolué. Plus jeune j’avais un walkman et ce qui m’importait c’était le contenu de mes cassettes, désormais on te vend l’iPod, on ne te parle même pas de qualité de son mais de gigas de mémoire, consommez, consommez! L’argument de vente est loin d’être bandant, le marketing détruit tout sur son passage, les disques sont vendus comme des voitures, il y a des grosses cylindrées et des modèles bas de gamme.
De même avec les majors on ne part pas tous avec les mêmes chances, regarde les rouleaux compresseurs comme par exemple Air et son dernier album Talkie Walkie. leur promotion est énorme mais tant mieux c’est un très bon groupe!
Angel Molina: Les amis, il est 6h du matin et là franchement je n’en peux plus!

TheClubbing.com: OK, on va arrêter là Angel, on retourne se mettre un peu dans le son, let’s go!

Tags

About author: PussySelektor

PussySelektor

Electronic music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising