John Tejada – Sweat (On The Walls)

John Tejada – Sweat (On The Walls)

John Tejada - Sweat (On The Walls) - Poker Flat Recordings

John Tejada, Dj, producteur, remixeur originaire de Vienne et aujourd’hui installé à Los Angeles impressionnait par son nombre croissant de sorties successives pour ensuite en dérouter beaucoup face à l’inégalité de ses productions oscillant entre minimal, techno, house et drum n’ bass. On retient de lui, entre autres, les pépites Immigrant ou son projet avec le guitariste japonais Takeshi Nishimito et plus récemment son EP Mono on Mono sur Palette Records.

Auteur également du mix accompagnant la dernière compilation célébrant les 5 ans de Poker Flat, Tejada est de retour sur le label de Steve Bug, incontestablement une des valeurs sûres de l’année 2004 grâce à la signature d’artistes comme les horripilants Detroit Grand Pubbahs ou les so chic Martini Bros. Bien décidé à calmer les ardeurs des multiples producteurs electro-house qui pensent qu’un gémissement fait un hit, Tejada nous jette en pâture un Sweat (on the walls) qui va en laisser plus d’un sur le carreau, la tête collée aux enceintes mais le regard tourné vers les clubbeuses déchaînées.

Tous les ingrédients de la « vicious bomb » sont réunis, lyrics crades (on parle de transpiration ici tout de même et pas celle des vestiaires !), rythmique mégalomaniaque et hédonisme latent! Ça risque de chauffer sec dans les clubs avec ce track que l’on pourrait aisément qualifier d’ « Acid Blow Job » ! Les 2 B-Sides, Steppa et Flight To Tokyo font redescendre le thermomètre, dommage il y avait moyen de faire déraper la party en orgie. Trop clean en comparaison au titre principal, on se délectera tout de même à leur écoute pour ne pas non plus passer pour des pervers, le niveau de ces deux compositions étant tout de même élevé mais déjà entendu à maintes reprises. Ce maxi est à l’image de la carrière de John Tejada, tour à tour passionnant et échevelé mais aussi ennuyeux et décevant.

D’où l’importance d’être constant mais on lui pardonnera son irrégularité au vu de son impressionnante et éclectique discographie comparable à celle d’un autre stakhanoviste de l’électronique Hakan Libdo. Seuls les artistes ouverts d’esprit et qui se contrefoutent du risque de se planter forcent le respect, à méditer lors de la prochaine séance d’évacuation de toxines!

Tags

About author: PussySelektor

PussySelektor

Electronic music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising