Pop Levi – Never Never Love

Pop Levi – Never Never Love

Pop Levi - Never Never Love - Counter Records

Trouver un album où 100% des titres sont excellents, je dirais presque autant chercher une tranche de jambon dans un couscous royal. Giclant de Counter Records, la sous-division Rock de Ninja Tune, Pop Levi caresse gentiment la hype à rebrousse poil, et offre le genre de disque que l’on aime découvrir par hasard, et qui piste après piste n’en finit pas d’augmenter la taille de notre sourire. On prenait déjà un petit coup de vieux avec le poussiéreux et très seventies The Return to Form Black Magic Party, premier opus qui révélait un artiste talentueux et nostalgique. Par contre, c’est à partir du moment où le sensuel Dita Dimoné résonait dans la dernière triple compilation Ninja Tune que nos doigts se sont mis à tapoter sur la table, attendant avec impatience la prochaine livraison!

Enregistré dans le vieux studio de Quincy Jones, hanté par les spectres de Thriller ou Off The Wall abandonnés par Michaël Jackson, Never Never Love sonne incroyablement actuel, malgré une voix plutôt rétro mais sacrément convaincante. Même si Pop Levi n’a pas de Pop que le nom, il se frotte à tous les styles : Rock’n’roll avec l’intro addictive Wannamama et Oh God, ballade sucrée avec You Don’t Gotta Run ou digitale avec Love You Straight et ses airs de Sébastien Tellier, le R’n’B futuriste du titre éponyme… Avec sa posture de Jésus en kimono, l’ex-bassiste de Ladytron est là uniquement pour prêcher des bonnes valeurs comme l’amour, et surtout du bon son, comme l’autobiographique Semi-Babe, la joyeuse pop funky de Fire On Your Feet, un Everything & Finally qui fait penser aux débuts du Hip-Hop commercial façon smurf, ou l’allégresse contagieuse du track le plus naïf et électro Mai’s Space!

L’album de l’été!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising