The Herbaliser – Same As It Never Was

The Herbaliser – Same As It Never Was

The Herbaliser - Same As It Never Was - Studio !K7

Comment peut-on rester transcendant au bout de quinze ans d’existence, qui plus est dans le milieu électronique? La réponse se trouve dans ce nouvel album des darons de The Herbaliser, pour qui chaque sortie implique un certain respect chez l’auditeur. Des influences communes pour le rap old school, puis des samples, puis de l’abstract hip-hop, puis des musiciens, puis des vocalistes, etc. L’évolution du duo originel Jake Wherry et Ollie Teeba ressemble à un aimant dans une boîte de clous, jusqu’à devenir un mini-orchestre (une grosse dizaine sur scène, aujourd’hui réduits à sept) qui a fait groover toutes les salles de concerts du monde.

Comme pour passer à autre chose, les londoniens changent de label en passant du glorieux Ninja Tune au non moins prestigieux !K7, et se refont une santé en changeant leur manière de travailler. Effectivement, le noyau passe de deux à cinq personnes. La charismatique vocaliste Jessica Darling (22 ans seulement!) et les collaborateurs de l’Easy Access Orchestra ont largement leur mot à dire dans la composition de Same As It Never Was, plus soulful que jamais. Détail intéressant: Pino Palladino, qui a déjà prêté ses talents de bassiste à De La Soul, Erykah Badu ou The Who, joue sur quatre morceaux. On est conscient que l’on va passer un bon moment dès la joyeuse ouverture éponyme, bien chargée en cuivres et en scratches. La belle Jessica commence son show sur On Your Knees, une voix incroyablement précoce qui donne un look old school au morceau. Heureusement pour nous, ça n’est pas sa seule apparition, puisqu’elle refait surface sur quatre autres chansons gorgées de funk, qui rendent le choix du single ultra difficile!

Le groupe n’oublie pas ses racines hip-hop: le flow maîtrisé de Yungun représente le rap britannique sur Just Won’t Stop et son beat qui roule. L’habituée Jean Grae se fait toujours autant respecter sur Street Karma, et Game Set And Match divulgue le débit supersonique de More Or Les, qui s’élève presque au niveau de Busdriver. The Herbaliser regarde la télé: les influences BO de films sont flagrantes sur The Next Spot, parfait pour un vieux polar façon Tontons Flingueurs, et l’excellent Amores Bongo où l’on imagine facilement une panthère rose qui court après un Shadok.

Encore une affaire jazzy-funky-R’n’B rondement menée!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising