Various Artists – We Love Afrobeat!

Various Artists – We Love Afrobeat!

Various Artists - We Love Afrobeat! - Comet Records

Demander à Comet Records d’assembler une bonne compilation afrobeat, c’est presque comme interroger Bernard Pivot sur une dictée de CM2. Plus qu’un métier, c’est une passion pour ce label référence en la matière fondé en 1998 par Eric Trosset. Depuis que l’immense Fela (& fils) et ce fantastique batteur qu’est Tony Allen ont créé le mouvement, celui-ci se répand largement hors du continent africain, de France aux Etats-Unis, d’Israël au Canada, allant même jusqu’à toucher des pays où un éléphant n’oserait même pas y poser sa trompe comme la Suède. Comet Records est surtout connu pour l’album culte de Tony Allen, Black Voices, de son projet Psyco On Da Bus avec le bricoleur Doctor L. , ou pour ses rééditions de classiques des années 70. We Love Afrobeat ressemble curieusement à une compilation anniversaire masquée qui réunit les artistes afros modernes et underground.

Ceux qui pensent que la vraie musique black, c’est Magic System, je vous invite vivement à vous mettre ces treize morceaux entre les oreilles, ne serait-ce que pour votre culture. Ici, la technologie rejoint la tradition, les machines répondent aux djembés et il est surprenant de voir que ce son si roots qui commence à avoir de longues racines se mélange si aisément à d’autres styles. Le jazz s’évapore à travers les cuivres de Nomo ou Ramses Revolution, les français Cafe-Crème et les Frères Smith font des figures downtempo, presqu’abstract hip-hop, les Ocote Soul Sounds tentent de passer la frontière mexicaine, Tincan pourrait être pressé sur un vieux 45 tours poussiéreux, les folles percus d’Akoya Afrobeat (récemment chroniqué dans ces pages) annoncent un grand soleil dans les cœurs, l’Israëlien Kutiman signe l’alien de la compilation avec sa rythmique radicale et ses délires expérimentaux, et on termine sur un excellent jazz enfumé de Moog avec le bien nommé Minimoogli.

Ces afro-beatmakers ne cherchent pas forcément à sonner nouveau, mais plutôt à créer une approche plus ou moins électronique qui tient à préserver la substance instrumentale originelle, dans une mouvance souvent accusatrice d’un système politique africain pourri mais toujours festive!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising