Fennesz – Black Sea

Fennesz – Black Sea

Fennesz - Black Sea - Touch

Vous êtes arrêtés à un feu, une voiture s’arrête à votre hauteur, avec du gros son qui s’échappe des fenêtres grandes ouvertes. Gansgta rap? Techno pouêt-pouêt? Non, c’est l’ambient de Christian Fennesz! Une telle puissance, même pour une musique calme, mérite bien qu’on pousse le volume. Depuis 1995, le viennois développe un gros travail sur la mélodie, jusqu’à toucher un public plus large avec son disque Endless Summer qui hurle le silence et joue à nous filer des frissons alors qu’on n’a rien demandé. Quatre ans après Venice, il était temps que Fennesz récidive en offrant Black Sea, plus occupé à gonfler les textures et distendre ses mélopées, toujours aussi planantes.

Fennesz propose alors une autre manière d’utiliser la guitare électrique et acoustique en les noyant au milieu de ses synthés, et en dilatant ses armatures à travers différents filtres et effets, à l’image du morceau éponyme Black Sea qui alterne calmes plats et bourdonnements magistraux ou du glacial et taciturne Glass Ceiling. On a l’impression d’avoir d’énormes matelas à la place des tympans, tant le son de Fennesz vient s’y endormir lourdement, nous procurant cette sensation d’hypnose éveillée. Les meilleurs exemples sont sans doute le métallique The Colour Of Three où il collabore avec le pianiste Anthony Pateras, un Perfume For Winter qui vous rentre par tous les orifices ou l’expérimental Glide enregistré live à Paris avec Rosy Parlane.

Fennesz tient peut être entre ses mains ce que Freud cherchait à faire: nous rendre conscient de notre subconscient!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising