Kiko – Slave Of My Mind

Kiko – Slave Of My Mind

Kiko - Slave Of My Mind - Different

Comme c’est long six ans d’attente pour voir surgir à nouveau un si bon producteur de cet océan à moitié pollué! Kiko est à moitié pardonné. Outre les évènements (plus ou moins heureux) qui ont eu lieu dans sa vie privée, il nous a laissé de quoi déguster avec son premier album Midnight Magic il y a 6 ans. Cette tuerie new-wave contemporaine et italo-disco renfermait entre autres l’hymne Monique, et s’inscrivait dans un pic d’activité au milieu du projet Phunky Data avec Oxia, ou de sa collaboration electro-pop avec Stéphane Deschezeaux sous l’entité Sinema tout aussi excitante. Kiko a certes un peu levé le pied, diminuant les apparitions en club et les productions, bien qu’il n’ait pas arrêté un seul instant de faire du son.

On reconnaît son empreinte digitale grenobloise imprimée sur le premier track Slave Of My Mind. Des synthés bien chargés, une mélancolie discoïde et un petit quelque chose de Depeche Mode en font une belle entrée en matière. L’album du retour est conçu différemment, plus réfléchi, peut être moins spontané. On remarque dans Plaisir D’Eté, une approche plus minimale de sa musique sans perdre ce timbre organique qui l’a rendu incontournable à la même époque que The Hacker ou David Carretta. Un élan electronica arrive aux narines sur Preludia, et cette ambiance cristalline persiste en arrière-plan pendant qu’une techno qui rappelle les débuts du label Goodlife prend le contrôle. Malgré quelques sons dancefloor réchauffés aux micro-ondes comme So Time, Kiko n’a rien perdu de son talent à émouvoir en appuyant sur les touches d’un synthé, à l’image des tranceys Sunburn et 7 Minutes, le presque EBM World End Rock Up et sans oublier le single imparable Alone In The Dark. Elles sont là mais on n’en parle jamais, les interludes jouent aussi leur rôle: Shanel 78 et Sciences Naturelles ont ce caractère ambient synthétique qui me un peu mal à l’aise, digne d’une BO de film signée Moroder.

Oui, Kiko est encore vivant, et la scène a toujours besoin de soldats comme lui!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising