Enola – Alone

Enola – Alone

Enola - Alone - Initial Cuts

Malgré son pseudonyme, Enola ne fait pas les choses à l’envers. Son premier album, Alone, est son reflet dans le miroir, après un début de carrière aux côtés d’Emmanuel Taron pour former le duo techno Noirdegout qui porté bien haut le drapeau du label parisien Initial Cuts à travers plusieurs maxis remarqués. Matthieu Monnin s’essaye donc en solo et donne une bonne idée de la liberté musicale en prenant la techno à ses débuts, sans oublier que des artistes comme Laurent Garnier et Scan X sont de véritables étincelles qui l’ont lancé dans le milieu. On retrouve d’ailleurs ce dernier aux commandes du mix et du mastering du disque, mettant aussi bien son expérience d’ingé son que de poids lourd du live-act techno au service d’Enola pour lui donner du relief.

Le bisontin effectue un gros travail sur la mélodie, comme sur Words In A Bottle, premier single issu de l’album, pas transcendant mais profondément trancey et dévoilant une certaine personnalité musicale et un amour pour la techno et la house du milieu des années 90. Après l’organique Pristi The Cat, on tombe dans les bras de Lost in Shibuya, morceau pilier de l’album (le single vient de sortir), en forme d’hymne deep techno au grain vocal mélancolique. Entre pop et downtempo, Sarah annonce une mi-temps la tête dans les nuages. Avec ses charleys caractéristiques Lascive rappelle les premiers Garnier, puis c’est l’heure de In Utero, moment electronica métallique, ultime repos avant les deux derniers morceaux, dont on tirera essentiellement Utopia, qui use toujours de nappes trance sur une base old school, un vrai morceau plein d’émotions pour les nostalgiques! Un premier essai prometteur…

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising