King Cannibal – Let The Night Roar

King Cannibal – Let The Night Roar

King Cannibal - Let The Night Roar - Ninja Tune

Let The Night Roar est sans doute le disque le plus violent jamais sorti par Ninja Tune. Non pas violent dans les bpm, mais dans les ambiances et l’espace occupé par la musique. Dylan Richard aka Zilla coule un béton musical sans faire de détour, entre dubstep, hip-hop et drum’n bass. Après sa collaboration avec Buddy Peace pour une série de mixtapes, il se met presque par hasard à essayer de placer des sonorités drum’n bass sur une base rythmique plutôt dancehall. Se révèle alors devant lui un morceau-étincelle, Aragami style, sorte de track à la Noisia en plus lent et plus pesant. Richard a trouvé un son, et un pseudo, King Cannibal, avec lequel il va développer cette manière de produire en tapant sur les tempes.

Murder Us trouve le compromis entre midtempo et lourdeur, et installe une ambiance malsaine parsemée d’élements electronica rassurants. Virgo est clairement destiné aux dancefloors, en partie dynamisé par ce flow inhabituel, en français, envoyé par les filles de Face-à-Face. Autre morceau sorti en single, So…Embrace The Minimum montre quelques irrégularités qui empêchent de danser correctement mais reste touchant grâce à ses partitions dubby, comme Onward Vultures, plus ambient et expérimental. Le décor d’après-guerre reste planté jusqu’au bout, mais l’album reste nuancé, entre le ragga meurtrier un peu trop sauvage de Dirt, le dubstep vrombissant de The Untitled, le grime acidifié de Flowers Of Flesh And Blood, ou Colder Still qui le rapproche temporairement d’artistes comme Venetian Snares! Laissons rugir la nuit!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising