Various Artists – Sub:stance mixed by Scuba

Various Artists – Sub:stance mixed by Scuba

Various Artists - Sub:stance mixed by Scuba - Ostgut Ton

Ce DJ set de Scuba, c’est le résumé d’une histoire d’amour entre le dubstep et le Berghain. Sub:stance est le nom donné à une résidence qui débute à l’été 2008, voyant défiler les artistes les plus prolifiques du genre derrière les platines du club berlinois (au passage qualifié de meilleur club du monde par quelques spécialistes). Le temps de cette synthèse, une bonne partie de ces producteurs passe sous la main de Paul Rose aka Scuba, qui excelle dans son rôle d’ambassadeur londonien du son dubstep dans la capitale allemande. Le boss du label Hotflush Recordings, l’un des premiers labels du genre, délivre un set tout en profondeur, en commençant par des morceaux quelque peu difficiles à cerner à la première écoute. On sait que c’est beau, on ne sait pas pourquoi, mais on voit malgré tout cette couche de poussière qui donne envie de passer le doigt sur ces tracks de Sigha ou Airhead.

Son poulain Joy Orbison hésite entre dubstep et liquid funk, pour finalement arriver à quelque chose de très pur, remettant plus loin le couvert avec Hyph Mngo qui fait prendre un virage serré au mix grâce à sa mélancolie singulière additionnée au cut’n paste vocal que l’on rencontre habituellement dans la house. Il survole ainsi tout ce qui peut caractériser le dubstep : il fait un pas vers le côté le plus brut avec Shortstuff, entre IDM et breakbeat, puis joue un morceau du très prometteur Untold pas loin de Neil Landstrumm, et donne enfin le top départ pour mettre un pied sur la piste de danse. C’est Surgeon qui donne l’alerte, et c’est maintenant ou jamais, semble dicter cette techno agressive pleine d’interférences. Le set affiche une fluidité exemplaire et propose une sélection irréprochable : le dub coupé à la cisaille d’AQF, le minimalisme inquiétant de Badawi, la pause faussement deep house signée Mount Kimbie, l’incontournable Instra:mental, la conclusion massive de Joker, ou la structure façon Todd Edwards de George Fitzgerald, l’un des moments les plus excitants du mix.

En explorateur, Scuba avance dans la caverne du dubstep en nous communiquant un extrait de chacune des galeries, insérant au passage quelques unes de ses prods personnelles, comme Minerals qui joue avec les éléments, ou un Last Stand profondément organique.

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising