Bodycode – Immune

Bodycode – Immune

Bodycode - Immune - Spectral Sound

Alan Abrahams nous vient du bas de ce monde. Il a grandi en Afrique du Sud, est remonté quelques années au Portugal, pour finalement être attiré vers Berlin, berceau de la minimale. Il rejoint vite Audion, Osborne et James T.Cotton parmi les piliers du label Spectral Sound (sous-division du plus pop Ghostly International, qui nous a dernièrement enchanté avec Deastro) avec un premier essai The Conservation of Electric Charge. Egalement connu sous le sobriquet Portable, il met ses productions atmosphériques au service des labels références ~Scape ou Perlon. Et c’est avec une house en plastifiée typiquement allemande que démarre le disque. Meaning and Memory présente tout de même un côté organique, mais toujours secondé par ce côté froid propre à la capitale allemande.

Avec Hyperlight, Bodycode exploite le genre de petit sample vocal qui fait tout, qui se répète à l’infini pendant que des éléments s’ajoutent sur cette intru délicieusement deep. Souvent conçus suivant le même schéma, les morceaux se suivent, se ressemblent sans pour autant déranger, et Subspace Radio ne déroge pas à la règle. Des nuages deep house stagnent au dessus d’un beat midtempo, avec un décor sonore juste assez riche pour captiver, comme le groove flegmatique, les nappes hypnotiques et les ambiances dub de I’ll Hold Your Hand. Le premier single extrait de l’album, What Did You Say, peine pourtant à décoller. On regrette que le côté acid ne s’amplifie pas pour défoier la voix de Lerato, peut être faut il aller faire un tour sur le remix de Baby Ford pour la voir réellement mise en valeur. C’est aussi à cet instant que l’on réalise que l’album est fait au moins à 50% pour l’ écoute domestique. Imitation Lover regorge de détails pour épauler ce chant pop qui laisse entrevoir une nette influence pour Steve Bug. Cette petite flûte et ces percus, c’est Spatial Harmonics, un petit ovni minimal-world qui devrait plaire à Luciano, avant de revenir à une musique électronique intelligente à travers Immune, complainte pop qui donne son nom à un album pas indispensable, mais qui mérite qu’on lui réserve une place sur nos étagères.

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising