Kevin Saunderson – History Elevate

Kevin Saunderson – History Elevate

Kevin Saunderson - History Elevate - KMS

Reese, E-Dancer, Tronik House, Inner City… Derrière tout ça se cache Kevin Saunderson, l’un des inventeurs de la techno, qui enrichit les sets de n’importe quel (bon)DJ depuis deux décennies avec ses morceaux épiques et intemporels. Pour cette rétrospective, il joue à la fois le rôle de l’assassin et de la victime. Saunderson remixe sur le premier cd et se voit remixé sur la seconde sélection enchaînée. History Elevate, c’est des louches de classiques et de raretés à redécouvrir et s’étalant sur vingt cinq ans. L’américain étale ses talents de revisiteur de morceaux sur le premier disque, une véritable démonstration de la part d’un mec qui se sert de sa vraie personnalité musicale pour métamorphoser des chansons parfois anodines. Tiens, prenons cet exemple de The Bottle des Christians, devenu un hit depuis que Kevin en a fait une house sexy, synthétique, qui a à peine vieilli malgré ses quinze ans d’âge! Le remix des Wee Papa Girls Rappers, par contre, a du mal à surmonter les époques, mais montre la capacité du bonhomme à prendre des risques en introduisant des boucles acides dans un morceau mainstream destiné à la FM qui n’a rien demandé à personne. Le remix d’Ann Consuelo reflète le son d’une époque et d’un style, la dance. Il enlève définitivement la kitscherie propre aux Pet Shop Boys avec un vrai track hard house, puis on entend les prémisses de la puissance du son E-Dancer sur son remix de Lighthouse Family. Sur des choses plus récentes, l’artiste n’a pas peur de mettre une pointe de nostalgie, comme chez Hercules & Love Affair, et a été l’un des seuls à oser massacrer (dans le bon sens du terme) le classique Blackwater de son ami Octave One avec un esprit trance qui n’a aucun rapport avec l’original, avant de s’attaquer à Simian Mobile Disco dans des manœuvres plus minimalistes.

Le deuxième cd réunit le meilleur de ceux qui ont eu l’audace et le talent de s’en prendre à ces classiques! En première ligne le méga-hit Good Love, qui restera écrit de manière indélébile dans les livres d’histoire de la techno. Luciano se permet une longue intro filtrée et garde la finesse qu’on lui connaît sans pour autant casser des briques. Simian Mobile disco fait un lifting, et met un gros paquet de crème anti-rides à l’anthem. Carl Craig est comme toujours irréprochable dans un exercice techno supersonique parsemé de cris de joie. John Tejada excelle dans la reprise dark de Just Want Another Chance, puis Claude Von Stroke prête son groove caractéristique le temps d’un remix.
Autre classique, le titre new beat Rock To The Beat de One-O-One, d’abord revu par l’énervé Ben Sims, toujours aussi bon dans sa spécialité hardgroove massif (comme Samuel L Session un peu plus loin), puis par les moins transcendants Christian Smith et John Selway qui exploitent plus la ligne de basse sombre que le côté acid du morceau original.
La deep techno de Joris Voorn achève ce voyage instructif avant le medley final qui en bonus, fait travailler en même temps trois pointures de la scène contemporaine, Loco Dice, Mathew Jonson et Jay Haze.

Indispensable!

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising