Quentin Harris – Sac•ri•fice

Quentin Harris – Sac•ri•fice

Quentin Harris - Sacrifice - Strictly Rhythm

Quentin Harris is back! Après l’énorme succès de son dernier album No Politics sorti en 2008, cet artiste était attendu au tournant pour son nouvel opus autour duquel le mystère est resté entier jusqu’à la (presque) dernière minute. Avec un premier extrait Do the Right Thing avec Inaya Day sorti en mars, on pouvait déjà entendre un premier aperçu de la direction de l’album mais cela ne restait qu’un premier titre. Ensuite un premier teaser a été dévoilé dans lequel on pouvait voir un Quentin Harris en train de se faire tatouer le nom de son album Sac•ri•fice sur le corps, vidéo entrecoupée de scène à tendance… cuir (et queer). Cet artiste a une carrière où il n’a plus grand-chose à prouver et on le sent ainsi totalement libérer dans ses envies. En effet, à cinq ans, il apprend le piano de manière autodidacte, à treize ans, il réalise ses premières compositions dans les studios d’enregistrement de son oncle et à peine vingt ans, il enregistre une première session comme trompettiste d’Aretha Franklin. Il gagne ses galons petit à petit avec des remix comme Cloud 9 de Donnie ou Don’t Forget About Us de Mariah Carey ou des productions personnelles comme Let’s Be Young ou My Joy qui ont tourné dans le monde entier et sont toujours dans les DJ bags de nombreux DJ. Il est également impossible de parler de lui, sans parler de sa rencontre avec Timmy Regisford avec lequel il a remixé entre autre Shape of My Heart de Sting pour ne citer que cet exemple-là.

Avec ce nouveau disque, Quentin Harris veut clairement surprendre, aller à la rencontre de son public là où on ne l’attend pas. Cet album est ainsi à la fois House, légèrement Tech House, un peu plus RnB et teinté de sonorités Funk… un mélange où on ne l’attendait guère. Mais cette approche est dans la philosophie de l’artiste qui souhaite se renouveler sans cesse. Il cherchait quelque chose de nouveau sans pour autant dérouter son public et a ainsi vécu dans la frustration pendant des mois. A la force d’entendre des sons, il trouvait que tout ce qu’il produisait ressemblait trop à quelque chose de déjà existant. Ceci explique les deux ans nécessaires à la création de ce nouvel opus. Ce sont d’ailleurs ces compromis et ce sacrifice de soi-même qui a donné le nom à l’album, nom que l’artiste a été jusqu’à réellement se tatouer sur le corps pour exprimer dans une autre forme d’art cette genèse (douloureuse). Quentin Harris a aussi souhaité multiplié les collaborations sur cet album. Nous retrouvons ainsi Jason Walker et Cordell avec qui il avait déjà travaillé sur les titres Can’t Stop pour le premier et Travelling pour le second mais nous retrouvons également des noms comme Ultra Naté, David Morales ou Aaron Carl.

Maintenant que les présentations sont faites, attaquons les titres plus en détails. Commençons par Give It 2 U justement qui est sa collaboration avec Ultra Naté. Le morceau s’ouvre sur un moment épique constitué de 20 cordes avant d’enchaîner sur un titre House où la diva fait un lâché vocal dont elle a le secret. Ce titre se démarque par cette présence de corde et est, pour moi, le titre incontournable de cet album (avec Home dont je parlerais plus loin). Dans un autre style, le titre Why Me, en collaboration avec Cordell, se situe dans une veine RnB lente abordant une réflexion sur la vie qui n’est pas toujours aussi rose que celle que l’on souhaiterait. Nous pouvons aussi découvrir une reprise du titre Circles de Atlantic Starr sorti en 1982 sur A&M Records, reprise réalisée avec la collaboration de Jason Walker. Nous retrouvons d’ailleurs le duo sur le dernier titre de l’album, Home, un titre émotionnel et mélancolique exprimant la solitude que ressent parfois Quentin Harris d’être toujours sur les routes et dans les avions pour répondre aux obligations de son métier. Peut-être est-ce ce besoin de retrouver quelqu’un connaissant ce sentiment qui l’a poussé à collaborer avec un autre artiste de renom, Aaron Carl, sur le titre Apologize, morceau sur lequel nous retrouvons clairement l’empreinte de cette légende de la House. Les plus attentifs ou les plus friands de soulful retrouveront aussi le titre, qui est déjà un succès, Do The Right Thing, sorti il y a quelques semaines en single et né de sa collaboration avec Inaya Day. Le jeune artiste de 21 ans, Drew Vision, a l’occasion, pour sa part, de participer lui aussi à deux titres de l’album, une reprise du classique Baby Gets High et le titre éponyme, Sacrifice.

Avec cet album, Quentin Harris arrive à mélanger le meilleur du son soul new-yorkais, issus notamment du Club Shelter, avec la mouvance plus européenne du son, il dose aussi intelligemment la musicalité, les voix, les mélodies et les genres et enfin, ceci n’est pas négligeable, il arrive à surprendre plus qu’agréablement son public sans pour autant le dérouter. Cet album peut paraître parfois un peu « facile » en première écoute mais se révèle être d’une grande richesse et d’une finition de qualité dès qu’on lui prête l’oreille attention qu’il mérite. Attendu au tournant, Quentin Harris le négocie avec brio! »

Tags

About author: Sultan El Turrah

Sultan El Turrah

Founder and owner of TheClubbing.com / Document electronic music since 1999.

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising