Terence Fixmer – Fiction Fiction

Terence Fixmer – Fiction Fiction

Terence Fixmer - Fiction Fiction - Module Records

Terence Fixmer, c’est le Bienvenue chez les ch’tis de la techno. La métaphore paraît un peu grossière mais elle est pourtant juste. Reconnu au niveau mondial dans ce milieu, le lillois reste en effet une mascotte nationale en termes de son qui tabasse. Discret mais très prolifique, Fixmer a roulé sa bosse dans des centaines de clubs, salles de concerts ou gros festivals, en solo pour développer un style électrisant très singulier, ou avec Douglas McCarthy, chanteur mythique de Nitzer Ebb qui lui apporte une présence humaine et un devient un atout pour le live. Même si on peut sans se mouiller mettre certaines de ses productions dans le top 50 des meilleurs tracks électro français, french touch incluse, le producteur est resté très humble et peu médiatisé. Il y a pourtant de quoi attraper le melon quand on a remixé Dave Clarke ou DJ Hell ou sorti des maxis de la trempe de Electrostatic ou Body Pressure qui ont envoyé gratuitement des milliers de danseurs sur orbite.

Après deux albums sur International DJ Gigolo fusionnant la techno pure avec le courant Electronic Body Music des années 80 (EBM), Terence ne fait pas la bêtise de sortir une nouvelle compilation de hits chargés à la chevrotine, et préfère évoluer en prenant en route le train de la techno actuelle avec un style bien à lui. Moins radical et plus destinée aux clubs, sa musique se minimalise mais reste très dark comme sur Hypnose ou Fantomatic avec son break organique et anachronique. L’intro au piano Fiction In qui contraste avec un beat downtempo métallique annonce que l’intention de réduire les clubs en ruines n’est plus vraiment d’actualité. De nouveaux futurs classiques apparaissent à mi-chemin de notre écoute : Can’t You See Me ? utilise sa méchante boucle pour développer dans notre dos une mélodie et un chant cold-wave hypnotiques. Fixmer craque sur The Fog et revient à ses bases dévastatrices qui commencent leur descente avec le strident Gravity 5. Le très années 80 Ghost In Love est le genre de morceau qui aurait pu être composé en duo par The Hacker et David Carretta! River fournit un groove tranchant différent des morceaux précédents puis Frozen Tears, secondé par le noir Fiction Out, est une longue montée en pression qui en fait l’un des sommets de ce Fiction Fiction en y mettant un point final.

Tags

About author: Tweek

Tweek

Reviewer and music lover

Navigation

You may also like...

Advertising

Advertising